Petit espoir (déçu) en Ukraine pour un nouvel accord de « Minsk » (maj2)

Share

(BRUXELLES2) Serait-on arrivé en Ukraine à un moment de détente après la recrudescence des combats et des violences dans l’est de l’Ukraine survenu depuis janvier ? Un petit espoir s’est fait jour aujourd’hui après les négociations entamées par le groupe de la trilatérale (*) et à la veille d’un nouveau round de négociations à Minsk. Selon le communiqué de l’OSCE, un accord déterminant des « étapes concrètes » pour la mise en oeuvre du mémorandum de Minsk a été agréé et sera signé demain à Minsk : cessez-le-feu immédiat, retrait des armes lourdes de la ligne de contact, fourniture sans restriction des biens de base et de l’assistance humanitaire dans les régions affectées du Donetsk et de Luhansk et progrès pour la libération des détenus.

Les combats continuent

(Mis à jour 1 – sam. 31 janv. 18h) Cet espoir est cependant très mince car le jour même les combats faisaient rage autour de Debaltseve où se trouvaient plusieurs milliers de soldats ukrainiens quasiment encerclés. Et on des bombardements ont eu lieu à Donetsk (selon ce qu’ont relatés les observateurs de l’OSCE dans un rapport communiqué à la presse samedi). Appelés « par les services d’urgence de la république populaire du Donetsk » (autoproclamée), les observateurs n’ont « pas pu observer de cratère dans l’avenue Panfilova mais observé qu’un obus avait explosé dans un arbre en face de « Hôtel Europe ». Juste à côté se trouve « un bâtiment fréquemment utilisé pour la distribution de l’aide humanitaire par une fondation privée ukrainienne »). Ils ont enregistré 5 civils tués (3 hommes et 2 femmes).

Une rencontre sans accord

(Mis à jour 1 – sam. 31 janv. 19h15) Les négociateurs se quittés samedi soir, sans accord apparemment selon l’AFP

(NGV)

(*) le groupe trilatéral réunit l’ambassadeur suisse Heidi Tagliavini pour l’OSCE, l’ancien président ukrainien Leonid Kuchma (de 1994 à 2005) et l’ambassadeur de Russie en Ukraine, Mikhail Zurabov