La ligne bleue s’enflamme

LigneBleueSudLiban@Finul13

Des observateurs de la FINUL inspectent la ligne bleue (archives – crédit : FINUL / ONU)

(B2) Des tirs ont eu lieu entre le Hezbollah et Israël sur la ligne bleue qui sépare Liban d’Israël. Un Casque bleu espagnol est décédé. Selon le récit qu’en ont fait les observateurs de l’ONU, les tirs ont commencé côté libanais.

Premiers tirs le matin

« A environ 11h30 ce matin, la FINUL a constaté le lancement de six roquettes en direction d’Israël depuis les environs du Wazzani, au nord de Maysat, dans la zone d’opérations de la FINUL », a expliqué un porte-parole de la Mission dans un communiqué. Les forces israéliennes ont ensuite riposté par des tirs d’artillerie. Le Casque bleu de la FINUL – qui était déployé sur un poste de l’ONU près de Ghajar – a été gravement touché, avant de succomber peu après à ses blessures.

Autres tirs en début d’après-midi

Le général Luciano Portolano, était alors « en contact direct avec les parties afin d’aider à conserver le contrôle de la situation et d’éviter une nouvelle escalade de la violence ». Mais dans l’intervalle, « aux alentours de 13h30, cinq autres roquettes ont été tirées à partir de la zone de Kfar Shouba en direction d’Israël, provoquant une nouvelle salve de riposte par l’artillerie israélienne ».

« La cause précise de la mort (du Casque bleu) est encore indéterminée et fait actuellement l’objet d’une enquête », précise-t-on à la FINUL. Israël de son côté déplore la mort de 2 soldats — dont le commandant du bataillon Tzabar, le captain Yochai Kalangel et le sergent Dor Haim Nini (noms révélés par Tsahal) — et 7 blessés.

Une claire violation de la résolution 1701 pour l’ONU et l’UE

La force de l’ONU « a renforcé sa présence sur le terrain et intensifié ses patrouilles dans la zone des opérations en coordination avec les forces armées libanaises. Pour l’heure, la situation le long de la Ligne bleue est calme », précise le porte-parole de la FINUL. Cet incident est une « violation grave de la résolution 1701 » selon le général Portolano. Sentiment partagé à l’Union européenne qui appelle à une « cessation immédiate des hostilités ». « Les menaces sur Israël sur sa frontière nord doivent stopper » souligne la Haute représentante de l’UE, Federica Mogherini dans un communiqué publié en soirée. « Une escalade de violence pourrait se faire au détriment de la région dans son entier dans ces moments difficiles », ajoute-t-elle (télécharger déclaration en anglais).

NB : la ligne bleue avait été tracée en juin 2000 par l’ONU, après le retrait israélien du Liban.

Comments are closed.