EULEX Kosovo. L’opacité règne

2014-11-03 17.42.48(BRUXELLES2) Les eurodéputés tiennent en ce moment une séance à huis clos sur la situation dans la mission EULEX Kosovo (lire : La mission EULEX aux prises avec une « sale » affaire).

La porte-parole de la nouvelle Haute représentante Federica Mogherini avait promis à midi lors du point de presse régulier avec les journalistes d’agir « en toute transparence« . En fait, il faut lire plutôt « en toute opacité ».

Cette séance à huis clos sans qu’aucune conférence de presse soit organisée à un moment donné sur cette affaire est un mauvais coup donné à la sérénité de l’information. La méthode utilisée par les autorités européennes – « circulez il n’y a rien à voir » – ne contribue pas vraiment à éteindre l’intérêt des médias. Au contraire, elle l’excite. Elle laisse la part belle à toutes les informations et toutes les rumeurs. Comme toutes les affaires, ce genre d’attitude contribue souvent par faire exploser la baraque là où il ne s’agit parfois que d’un gros pétard… (cf. l’affaire Cresson).

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).