Le drone de l’OSCE arrive en Ukraine

(crédit : OSCE / MB)
(crédit : OSCE / MB)

(BRUXELLES2) La mission de surveillance spéciale de l’OSCE en Ukraine (SMM) a fait, ce jeudi (23 octobre), le premier essai en vol d’un drone non armé, de fabrication autrichienne, Camcopter S-100 près de Mariupol en Ukraine orientale. Vendredi, si le temps le permet, auront lieu des vols opérationnels de routine. Au départ, et jusqu’à nouvel ordre, le drone volera sur la zone sud de Donetsk vers la mer d’Azov, vers l’est jusqu’à la frontière russo-ukrainienne ​​et à l’ouest vers la ligne de contact. C’est l’OSCE qui a passé un contrat directement avec Schiebel le fabricant du drone, pour lui fournir, le transporter et l’entretenir.

L’intérêt du drone est évident dans cette mission d’observation. Pouvoir aller, sans risque, là où les observateurs ne peuvent pas aller et, comme on le précise à l’OSCE, « collecter des informations complémentaires sur le suivi de la situation générale de la sécurité en Ukraine ». Le drone pourra également être utilisé pour suivre la mise en œuvre des accords de Minsk des 5 et 19 septembre, tels le retrait des troupes et des armes lourdes. Mais pas question de remplacer les observateurs à terre. « Les drones vont compléter ce que nos moniteurs observent sur ​​le terrain, qui sera toujours notre principale source de collecte de l’information » explique l’ambassadeur chef des observateurs, Ertugrul Apakan.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).