Les auditions commencent, un premier commissaire sur la sellette ?

Karmenu Vella à l'audition du Parlement européen ce lundi (29 sept) (crédit : PE)
Karmenu Vella à l’audition du Parlement européen ce lundi (29 sept) (crédit : PE)

(BRUXELLES2) Les auditions des commissaires désignés commencent ce lundi (29 septembre). Elles se termineront mardi (7 octobre) (Lire sur le Club : Le calendrier des auditions des commissaires fixé). Deux commissaires ont déjà passé l’épreuve : la libérale Suédoise Cecilia Malmström et le socialiste Maltais Karmenu Vella, dont les auditions viennent tout juste de se terminer (à 17h30). Si pour la première, cela semble s’être bien passé, pour le second, c’est plus dur…

Cecilia Malmström (qui sera chargée du Commerce) s’en est bien sortie, malgré un petit cafouillage avec le cabinet de Jean-Claude Juncker.

Dans les réponses qu’elle a adressées aux eurodéputés elle se prononce en effet contre l’ISDS, le système d’arbitrage maison inclus dans le TTIP. Mais lors de l’audition c’était plus confus, C. Malmström dit vouloir attendre le résultat de la consultation avant de se prononcer. « Une phrase a été rajoutée » et « surinterprétée », explique-t-elle. La faute ce ce pataquès repose sur le « chef de cabinet de Jean-Claude Juncker, Martin Selmayr », lâche l’eurodéputée (libérale comme Malmström) Marietje Schaake.

Forte de son expérience de 5 ans comme commissaire chargée des Affaires intérieures, Malmtröm contourne l’obstacle, reconnait certaines incompréhensions et s’excuse. Ce qu’adorent les parlementaires :-). Quelques applaudissements marquent sa sortie.

Pour son collègue maltais Karmenu Vella (Environnement, Pêche), cela semble plus mal parti en revanche. Ses réponses ont été jugées très vagues, notamment sur l’environnement. « Des réponses imprécises et faibles » a commenté Claude Turmes, l’eurodéputé écologiste luxembourgeois. « Nous avons besoin de quelqu’un qui se batte pour l’environnement ».

L’intéressé avoue lui-même son ignorance de certains dossiers, après l’audition de 3 heures, devant les journalistes. « Je serai sincère si je disais que je connaissais tous les dossiers avant de venir ici ». Un soudain excès d’humilité après beaucoup de vanité cependant. Dans son CV, il mentionne l’anglais comme « langue maternelle ». Autant dire que beaucoup de personnes qui ont des complexes avec leur anglais peuvent aujourd’hui s’afficher « mother tongue » (écouter son introduction ici).

Le fait d’être « né dans un village de pêcheurs » suffira-t-il à convaincre tous les eurodéputés qui ont lancé leur chasse à courre ? Sera-ce le premier commissaire que le Parlement européen enverra bouler. Les coordinateurs des groupes se réunissent ce soir à huis clos pour décider de son sort. En tout cas, les ténors du PPE tiennent là un premier « otage » permettant de négocier avec leurs collègues socialistes en cas de problème avec un des leurs (l’Espagnol Arias Cañete ou le Hongrois Navracsics sont particulièrement sensibles).

(Nicolas Gros-Verheyde)

(Maj) Passable ! Au final, Vella a été repêché. Selon le président de la commission de la Pêche, le député français UMP, Alain Cadec : « Karmenu Vella a livré une prestation acceptable lors de ce grand oral. Il a obtenu la moyenne mais devra faire ses preuves. »

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Inscrivez-vous à notre newsletter