Avec la Russie, soyons un peu subtils, svp (François Hollande)

(crédit : Elysée)
(crédit : Elysée)

(BRUXELLES2) Lors du dernier sommet européen, François Hollande n’a pas hésité à tacler un peu ceux qui s’étaient empressés de faire de la politique de voisinage et de l’accord d’association, l’alpha et l’oméga de la politique étrangère dans les bordures « Est » de l’Union européenne. C’est poli mais quand même précis. En gros, il faut réfléchir avant d’agir. Etre un peu plus subtil. Autrement dit un peu moins balourd et un peu plus intelligent. Le commissaire chargé de cette politique, le Tchèque Stefan Füle, comme le président de la Commission européenne, José-Manuel Barroso, artisans de cette politique d’association sortent ainsi rhabillés pour l’hiver…

Savoir ce qui est utile … et ce qui ne l’est pas

Interrogé par B2, le 27 mai, le président français a commencé par asséner une petite pique. « Il est important de savoir ce qui est utile. Et ce qui peut, parfois, être un facteur d’incertitude. » Au cas, où on serait perplexe sur le sens de cette maxime présidentielle, François Hollande précise. Dans le cas de l’Ukraine, « l’accord d’association ne pouvait pas être aussi global qu’il a être présenté (…) Il y avait une forme de dilemme qui était posé aux autorités ukrainiennes de l’époque : être soit dans l’accord d’association, soit dans l’Union douanière voulue par la Russie ». Ce n’est pas « ce qui a provoqué la crise en Ukraine » bien entendu ! Mais, pour autant, il faut arrêter de faire l’autruche.

Trouver des formules plus subtiles

Il « faut permettre à l’Ukraine d’avoir l’accord d’association (avec l’UE) » d’un côté, « et de dialoguer pour éviter tout séparatisme et d’avoir des relations avec Russie » de l’autre. Quant aux autres accords en cours, dans les pays du voisinage il faudrait veiller à ne pas renouveler ce genre de bêtises. En particulier « avec l’Arménie ». « Tout le monde connait son lien (particulier) avec la Russie. Peut-être faut-il trouver des formules plus subtiles. A l’avenir, c’est ce qu’il faudra rechercher, des formules plus subtiles ».

Le président a aussi commenté dans le même style la politique de défense de l’UE, et plus généralement la politique étrangère. Détails à lire sur le Club : La politique étrangère, une des cinq priorités de la future Commission

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Une pensée sur “Avec la Russie, soyons un peu subtils, svp (François Hollande)

  • 4 juin 2014 à 22:00
    Permalink

    Il est grand temps que la « politique de voisinage » soit stratégiquement et fonctionnellement dissociée de la « stratégie d’élargissement » de l’UE. Ce fut une erreur de confondre ces deux notions et de les confier au même Commissaire et la même DG. Il n’est pas certain que la nouvelle Commission doive conserver un portefeuille et un service dédiés à l’élargissement. Mais il est évident que la politique de voisinage doit être gérée par le Service d’action extérieure sous l’autorité du Haut Représentant. Il est tout aussi clair qu’une pause de l’élargissement doit doit être observée pendant la durée du mandat de la prochaine Commission. C’est d’ailleurs une des leçons à tirer des élections européennes : l’opinion se détache de plus en plus d’une UE en constante expansion et donc de plus en plus lointaine et « étrangère » . JGG

Commentaires fermés.