Ils sont partis !

(crédit : ministère géorgien de la Défense)
(crédit : ministère géorgien de la Défense)

(BRUXELLES2) Le contingent de militaires géorgiens va bientôt se déployer en république centrafricaine, dans le cadre de l’opération européenne « EUFOR Rca ».

La centaine d’hommes du bataillon d’infanterie légère de Batumi a pris la direction de Bangui à bord d’avions de la ligne régulière ukrainienne, salués, avant leur départ, par le colonel Roman Jokhadze, sous-chef d’état-major général des Forces armées.

Une formation avec deux officiers français

Avant de partir, ils ont été se former au Centre national d’entraînement de Krtsanisi, durant deux mois, avec exercices de patrouilles à la clé, mise en place de check points, protection de bases, etc. Une formation suivie et encadrée par deux officiers français qui sont venus prêter main-forte, notamment pour expliquer le contexte local.

Une première africaine

Si les troupes géorgiennes ont été aguerries par de multiples déploiements, aux côtés des Américains essentiellement, en Irak et en Afghanistan, c’est la première fois qu’ils interviennent dans une mission de l’Union européenne en Afrique. Les derniers problèmes d’intendance avaient été réglés précédemment, ainsi que l’a précisé à B2 un porte-parole de l’Union européenne (il restait de fait à payer le fuel et quelques autres « bricoles »), les Géorgiens pourront être bientôt à pied d’oeuvre à Bangui, sécurisant un des arrondissements de la ville. Ils rejoindront leurs homologues estoniens, français, espagnols et polonais déjà présents dans la capitale centrafricaine. Ce qui pourrait permettre de déclarer la pleine capacité opérationnelle de EUFOR avant fin juin.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).