« L’Europe dans la tempête ». Quand Herman se livre

(Crédit : Conseil européen)

(Crédit : Conseil européen)

(BRUXELLES2) Le président du Conseil européen, Herman van Rompuy, n’est pas homme à faire des vagues. Sa fonction ne s’y prête pas d’ailleurs. Pourtant, son ouvrage “l’Europe dans la tempête”, publié moins d’un mois avant les élections européennes et six mois avant la fin de son mandat, pourrait faire des remous dans le « circus » européen, avec ses anecdotes bien choisies et son regard inédit sur l’exercice d’une fonction qu’il occupe depuis bientôt cinq ans et qui est elle-même peu connue. Il y a peu de doute cependant que l’intéressé regrette vraiment le bâtiment du Conseil, le Justus Lipsius, dont émane « une sobriété toute soviétique ».

Des anecdotes croustillantes 

Bien que l’ancien Premier ministre belge ait pris maintes précautions et déclare ne vouloir « blâmer personne » ni livrer « ce petit tas de secret » cher à un certain De Gaulle,  le Président du Sommet de la zone euro et du Conseil européen fournit quelques détails croustillants sur la préparation de certaines réunions entre les Chefs d’Etats déplorant un couple franco-allemand « qui ralentit », un jeu diplomatique britannique qui mène parfois à « l’impasse », « l’impuissance » des dirigeants du G8 ou encore la « recette facile » de l’extrême droite.

Le Miroir du « Prince » 

Quoiqu’on puisse regretter le caractère à notre goût un peu trop circonspect, notamment sur la politique étrangère européenne ou la défense (à peine abordée), son livre au format court (140 pages) apporte une vision inédite sur l’exercice d’une fonction, la Présidence du Conseil européen. « Responsable de l’ordre du jour des sommets européens », le président ne dispose cependant d’aucun budget et que « d’un cabinet de taille comparable à celui d’un secrétaire d’Etat belge, que, officiellement, il ne nomme même pas lui même ! ». Herman van Rompuy semble ainsi vouloir donner à son successeur une sorte de “Miroir du Prince” , « une somme d’expériences » sur une fonction qui reste « assez vague voire éthique », si ce n’est opaque dans les textes.

(Loreline Merelle)

• Europe dans la tempête », éditions Racine, 144 pages, 19,95 euros

Comments are closed.