L’opération EUFOR RCA est lancée… avec un manque de souffle européen

(BRUXELLES2) C’est par un simple tweet du Conseil de l’UE (*) qu’on a appris officiellement, mardi (1er avril) – ce n’était pas un poisson ! – le lancement de l’opération militaire EUFOR RCA. La décision ayant été adoptée par procédure écrite (par voie de silence comme les lecteurs du Club le savent déjà). On a connu lancement plus glorieux (*). La décision doit paraitre au journal officiel tout à l’heure. C’est pour la forme. Car cette décision est d’effet immédiat, le jour de l’adoption et non au jour de parution au JO, ce qui est plutôt rare au niveau européen. Maigre consolation ! En voici le texte :

Capture d’écran 2014-04-02 à 03.09.40

L’Europe de la défense n’est pas l’addition de visions nationales de la sécurité

Comme le confiait aujourd’hui Dany Cohn-Bendit, à quelques journalistes dont B2, « sur la République centrafricaine, tout le monde était d’accord pour faire quelque chose, rebâtir l’Etat, mais on n’a pas réussi à avoir une vision commune, européenne, de notre sécurité. (…) Tout le monde comprend bien qu’avec ses quelques 1,5 millions de soldats, l’Europe a un problème. (…) Il faudra un jour comprendre que la sécurité européenne ne peut être la simple addition de visions et de forces nationales. Ce qui s’est passé avec (EUFOR RCA) le prouve.  »

(*) Pour une opération qui répond à une réelle nécessité sur le terrain, c’est un peu court comme lancement. Certes une conférence de presse est prévue demain lors du sommet UE-Afrique. Mais on aurait pu s’attendre à plus pour une opération militaire qui est la première lancée depuis 2008 et l’opération Atalanta (si l’on excepte les 2 missions de formation militaire, EUTM Somalia et EUTM Mali) et qui est souhaitée par nombre de partenaires internationaux, à commencer par les Africains et l’ONU. Ceci reflète en fait surtout le très faible engagement de la Haute représentante de l’UE, Catherine Ashton, sur ce dossier. La Centrafrique ne figure pas vraiment au rang de ses priorités…

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).