Centrafrique. Le meurtre dans un hôpital alarme l’UE

(BRUXELLES2) Les portes-paroles de Catherine Ashton, Haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et de Kristalina Georgieva, commissaire chargée à l’aide humanitaire ont condamné « fermement » lundi 28 avril le meurtre en République centrafricaine de seize civils non armés, dont trois « travailleurs humanitaires » — des employés locaux de l’ONG Médecins sans frontières — dans un hôpital de Nanga Boguila, à 450 km de Bangui, ainsi que le meurtre d’un travailleur humanitaire dans un autre incident à Bangui. « Tous les acteurs étatiques et non étatiques doivent respecter les droits de l’homme et le droit humanitaire », soulignent-ils, demandant « instamment à tous les groupes armés de cesser les attaques violentes contre la population et d’assurer un accès immédiat, sans entrave et en toute sécurité aux organisations humanitaires ». L’organisation MSF a directement mis en cause les combattants et militaires de l’ex-coalition Seleka et a suspendu ses activités à Boguilla.

(Loreline Merelle)

Télécharger la déclaration conjointe (en français)