Dernières nouvelles de la piraterie (2.3.2014)

(BRUXELLES2)

La frégate amarrée en Crète (crédit : ministère ukrainien de la Défense)
La frégate amarrée en Crète (crédit : ministère ukrainien de la Défense)

La frégate ukrainienne Hetman Sagaidachniy rentre au pays

La frégate ukrainienne Hetman Sagaidachniy rentre à la maison après avoir terminé ses deux périodes dans l’Océan indien sur la lutte contre la piraterie, d’abord au titre de l’OTAN puis de l’UE. Elle avait rejoint la Force navale de l’Union européenne (EUNAVFOR), début janvier. Le Hetman Sagaidachniy a effectué plusieurs patrouilles dans le golfe d’Aden et l’océan Indien et fait un certain nombre d’approches amicales avec les marins et les pêcheurs locaux. C’était la première fois que l’Ukraine participait à une opération maritime de l’UE. Pour le commandant du contingent ukrainien, le contre-amiral Andrey (Andrii) Tarasov : « cela a été un grand honneur d’être le premier navire de guerre ukrainien de contribuer aux efforts internationaux de lutte contre la piraterie ». Le navire a fait une halte à la base grecque de La Sude (Crète) pour ravitaillement. Et le ministère ukrainien de la défense a démenti que le navire ait abordé la « Croix de Saint-André », l’emblème de la marine russe. « Les soldats ukrainiens restent fidèles au serment du peuple de l’Ukraine, continuent de servir honorablement leurs fonctions et sont fiers d’aborer le drapeau de l’Ukraine sur le chemin de leur terre natale » a expliqué Andrey Tarasov.

Deux incidents dans l’Océan indien ces derniers 15 jours

Un porte-containers a fait l’objet d’une « approche suspecte », le 13 février, par un skiff isolé vers 15h (UTC) à 1° nord et 44°, dans l’Océan indien à quelques miles au large de Barawe (Puntland). Cinq personnes étaient à bord du skiff, armés, et ont tiré en direction du roulier. L’équipe de sécurité à bord a répliqué par des tirs ; il a fallu cependant 20 minutes pour les attaquants pour abandonner et quitter le bord. Quelques containers ont souffert de certains dommages par balles, précise-t-on au BMI. Mais navire et personnel sont sains et saufs.

Un autre incident s’est produit de l’autre côté de l’Océan, fin février (28 février), dans le Golfe d’Oman, à 40 miles de Gwadar (Pakistan). Un vraquier a été pris en chasse par un skiff durant environ 4 heures. Le capitaine a utilisé des manoeuvres pour éviter et retarder les attaquants, s’est rapproché des côtes pakistanaises et demandé l’aide de la marine. La marine pakistanaise a déployé un navire qui a réussi à localiser le skiff et arrêté les suspects.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Commentaires fermés.