L’ancien pacha de la Jeanne d’Arc à la tête d’EUNavfor

H. Blejean (à gauche) remettant le commandement de la CTF 150 à son homologue pakistanais le 1er aout 2013 (crédit : CTF 150 / Dicod)
H. Blejean (à gauche) remettant le commandement de la CTF 150 à son homologue pakistanais le 1er aout 2013 (crédit : CTF 150 / Dicod)

(BRUXELLES2) Le contre-amiral français, Hervé Bléjean, va prendre le commandement de la force anti-piraterie européenne (EUNAVFOR) déployée dans l’Océan indien et dans le Golfe d’Aden, à partir du 6 décembre prochain. Il prendra ainsi la relève du Commodore néerlandais Peter Lenselink. Cette nomination doit être entérinée au COPS, le Comité politique et de sécurité, aujourd’hui. C’est à bord du TCD Siroco qu’il officiera (lire : Dernières nouvelles de la piraterie (1er déc. 2013).

FAN, Jeanne d’arc, Ponant, Atalanta et CTF150

Nommé récemment (en septembre dernier), adjoint au commandant de la force aéromaritime de réaction rapide et adjoint au commandant de la force d’action navale (ALFAN) pour la préparation opérationnelle des états-majors de force, aux cotés du vice-amiral d’escadre Coindreau, celui qui n’était encore que capitaine de vaisseau a auparavant commandé le navire-école et porte-hélicoptères Jeanne d’Arc de août 2007 à juillet 2009 (lire sur Ouest-France/Maville son portrait à sa prise de fonction). Le navire vient notamment en soutien pour la libération du Ponant (opération Thalatine) en avril 2008 et participe quelques semaines à l’opération Atalanta (lire : La relève des premiers 4 mois se prépare à EUNAVFOR). En juillet dernier, il a aussi commandé à bord du BCR Somme l’opération CTF 150 (anti-terrorisme), entre mer Rouge et Golfe d’Oman, avant de passer le commandement aux forces pakistanaises (voir photo).

30 ans dans la marine

Issu de la promotion 1984 de l’École navale, Hervé Bléjean commence à naviguer sur l’aviso escorteur Victor Schoelcher comme chef du service conduite nautique. L’année suivante, il devient officier en second du bâtiment d’expérimentation de la guerre des mines Thétis. Après une année à l’école de spécialité transmission, il rejoint le navire américain USS Nicholson comme officier d’échange et d’adjoint au chef de groupement opérations pendant deux ans. En 1993, il prend le commandement du bâtiment école Léopard, devient ensuite aide de camp de l’amiral Lefèbvre, chef d’état-major de la marine, puis monte à bord de la frégate anti-sous-marine Georges Leygues comme chef du Groupement opérations. Il est ensuite affecté en 1998 à la force d’action navale en tant qu’officier entraîneur à la division entraînement. Après la formation au collège interarmées de défense, il est chargé de mission du directeur de la fonction militaire et du personnel civil.

Enduring freedom

En juillet 2002, il prend le commandement de la frégate de surveillance Vendémiaire, basée à Nouméa. Il participe pendant plus de quatre mois à l’opération « Enduring Freedom » dans les golfes d’Aden et d’Oman. Mais il ne déteste pas non plus s’adapter aux coutumes locales, notamment en Polynésie : pour ceux qui veulent un aperçu des capacités d’adaptation, la photo publiée par notre collègue Mer et Marine, vaut le détour : ici ! Adjoint au chef du bureau de la politique des ressources humaines de l’état-major de la marine, il travaille à ce titre à la mise en place du nouveau statut général des militaires (2003-2005), il est nommé capitaine de vaisseau et devient à l’été 2005 chef de la cellule « conduite des opérations maritimes » au centre de conduite et de planification des opérations (CPCO), au sein de l’état-major des armées.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.