EATC atteint sa pleine capacité opérationnelle

Le général Valentin (crédit : EATC)
Le général Valentin (crédit : EATC)

(BRUXELLES2) Tous les chefs aériens étaient réunis jeudi dernier (28 novembre) sur l’aéroport militaire de Eindhoven pour célébrer la « pleine capacité opérationnelle » (*) du Commandement européen du Transport aérien (EATC). Réunissant 4 pays à l’origine (France, Allemagne, Belgique et Pays-Bas), 5 aujourd’hui (avec le Luxembourg) et bientôt 6 (avec l’Espagne), voire 7 (avec l’Italie), EATC est sans doute l’exemple le plus réussi en matière de « pooling and sharing » à l’européenne. [Lire aussi : EATC : un modèle à suivre]

Une étape intermédiaire

« Si on considère l’ensemble des objectifs d’EATC, qui est d’améliorer l’efficacité et l’efficience des moyens de ravitaillement en vol et de transport aérien des nations participantes, comme de la structure modulaire, cette déclaration doit plutôt vue comme une étape intermédiaire pour un développement futur d’EATC » a déclaré ainsi le général Claude Van de Voorde, chef du MATraC (le comité du transport militaire) qui préside aux destinées de cette structure atypique.

Au bilan

En 2012, EATC a effectué 7682 missions, un chiffre relativement stable par rapport à l’année précédente. Mais un gain de productivité de 15%. En effet, elle n’a disposé de 15% d’avions disponibles en moins (indisponibles ou retirés du service). 345.000 passagers ont été transportés (contre 305.000 en 2011).

(NGV)

(*) Full operationnal capability ou FOC selon l’appellation anglaise couramment employée dans l’aéronautique

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).