Dernières nouvelles de la piraterie (1er déc. 2013)

(BRUXELLES2)

Dernier bilan de la piraterie

En 2013, il y a eu 234 « incidents » rapportés dont 12 captures de navires (hijackings) par des pirates dans le monde, selon un dernier bilan établi par la chambre de commerce maritime internationale. Le « front somalien » reste calme avec 13 incidents rapportés et 2 captures. Tandis qu’au large du Nigeria, on recense 30 incidents et 2 captures. L’Ouest de l’Afrique est aujourd’hui plus dangereux que l’Est de l’Afrique.

Des pirates au large du Kenya ?

Le porte-parole de la Force de défense kényane (KDF), Emmanuel Chirchir, a averti que toute attaque de pirates trouvera réponse. « Nos troupes de la marine patrouillent dans les eaux territoriales kényanes jusqu’à Kismayo en Somalie, et toute tentative d’attaque des navires sera déjouée fermement », a-t-il déclaré à l’agence Chine nouvelle. On assiste à une résurgence des attaques avec le temps plus clément. Cinq attaques ratées ont été enregistrées dans l’océan Indien en novembre, selon Andrew Mwangura, secrétaire général du syndicat des marins kényans (KSU). Le gouvernement kényan a également annoncé le renforcement des actions kényanes sur terre. « Nous avons décidé de résoudre le problème de la piraterie à la source et les Forces de défense kényanes (KDF) sont entrées en Somalie l’ année dernière pour faire équipe avec les forces alliées, et nous sommes maintenant en voie de stabiliser la Somalie », a déclaré un officiel du gouvernement sous couvert d’anonymat.

La TF 473 se déploie dans l’Océan Indien

Le porte-avions Charles de Gaulle est parti vers l’Océan indien pour une mission de 3 mois qui comprendra différents exercices et visites de ports. Il forme le cœur du Groupe aéronaval (GAN) constitué par la frégate de défense anti-aérienne Forbin (D-620), la frégate anti sous-marine Jean de Vienne, le pétrolier-ravitailleur Meuse et un sous-marin nucléaire d’attaque. S’ajoutent aux bâtiments de combat le groupe aérien embarqué (GAé) composé de 10 Rafale, 10 Super Etendards Modernisés, 2 Hawkeye, 2 hélicoptères Dauphin, un hélicoptère Alouette III, 2 hélicoptères Caracal. En tout 2600 marins. Au programme, après une dizaine de jours de certification du groupe en Méditerranée occidentale, des coopérations aéromaritimes avec les pays partenaires, notamment l’Arabie Saoudite, le Qatar et les Emirats Arabes Unis, précise l’Etat-Major des armées. Et une étroite coopération avec le groupe aéronaval américain, constitué autour de l’USS Harry S. Truman, qui sera présent en mer d’Arabie et dans le golfe Arabo-persique au même moment.

Renfort français pour Atalanta

Le chaland de débarquement TCD Siroco (L-9012) et l’aviso Cdt Ducuing (F-795) vont rejoindre la force européenne anti-piraterie Eunavfor Atalanta (TF 465) dans l’Océan indien. C’est un officier français (le contre-amiral Blejean) qui assurera le commandement de la TF 465 à partir de décembre 2013 jusqu’à avril 2014.

Le F-101 espagnol bientôt dans Ocean Shield

La frégate espagnole de défense aérienne Álvaro de Bazán (F-101) va être intégrée à l’opération anti-piraterie de l’OTAN, Ocean Shield. Le navire, qui fait actuellement partie de la mission antiterroriste Active Endeavour en Méditerrannée, devrait passer le canal de Suez, début décembre.

Retour à la maison pour le RFA Lyme Bay

Exercice (Crédits: EUNAVFOR Somalia)

Exercice (Crédits: EUNAVFOR Somalia)

Après 32 jours de patrouille au sein de l’opération européenne EU Navfor Atalanta, le gros navire de débarquement britannique a pris la route du retour vers les côtes anglaises. A son bord, 8 hélicoptères Lynx Mark et une équipe de tireurs d’élite de la Marine (Marine Sniper Team), ainsi que 5 bateaux rapides RHIB du 539e Assault Squadron Royal Marines (2 Rigid inflatable boats et 3 Offshore raiding craft).

L’équipage du Lyme Bay a effectué 11 « approches amicales » avec les pêcheurs locaux mais également de nombreuses missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance. Il a participé également à l’exercice « Cutlass Express », conduit par la marine américaine, au large de Dibouti. Le navire britannique a joué le rôle de navire cible et a « apporté son expertise aux procédures et techniques d’abordage » précise le communiqué d’Eunavfor.

Formation de la Marine tanzanienne 

L'exercice de formation  (Crédits: EUNAVFOR Somalia)

L’exercice pratique a consisté en une simulation d’embarquement, recherche et saisie de pirates. (Crédits: EUNAVFOR Somalia)

Le patrouilleur espagnol océanique Meteoro (P-41), en escale au port de Dar es-Salaam, a effectué une série de formations du personnel de la marine tanzanienne afin de renforcer les capacités locales maritimes. Les participants ont été briefés par le commandant du navire, Juan Carlos Pérez, sur la contribution de la marine espagnole (et d’autres marines européennes ) à l’opération anti-piraterie de l’UE « Atalanta ». La formation théorique a aussi traité d’aspects généraux. Un point fort a été l’explication des règles de sécurité pour les exercices prévus.

 

Rencontre avec les forces chinoises 

(Crédits : EUNAVFOR Atalante)

La délégation a été accueillie par le contre-amiral Jiang Zhonghua et le capitaine Liu Zhonghu, le commandant de ce nouveau navire de guerre, entré en service en 2011 (Crédits : EUNAVFOR Atalanta)

Le commandant de la Force navale de l’Union européenne anti-piraterie (EUnavfor), le Néerlandais Peter Lenselink, a rencontré ses homologues chinois, vendredi (22 novembre), à bord du navire amiral chinois Jing Gang Shan dans le golfe d’Aden. La visite a été l’occasion de discuter des opérations de lutte contre la piraterie. La task-force chinoise va fournir une escorte aux navires du Programme alimentaire mondial (PAM) acheminant de l’aide à la Somalie. « La coopération avec la marine chinoise est remarquable et souligne l’importance qu’ils accordent à la sécurité et liberté de commerce en mer » a précisé le Commodore Peter Lenselink.

 

Ravitaillement en mer: merci les Américains

Approximation du cable  (Crédits: EUNAVFOR Somalia)

Approche des tuyaux de carburant. (Crédits: EUNAVFOR Atalanta)

Dans la matinée du mardi 19 Novembre, le navire de guerre italien ITS Libeccio (F-572) a effectué un ravitaillement en mer (RAS) avec le navire auxiliaire américain USNS Arctic. Le ravitaillement est une manœuvre extrêmement délicate (tous les marins vous le diront). Elle exige que les deux navires naviguent très proches, de sorte que les tuyaux de carburant puissent tout d’abord coulisser jusqu’à l’autre bateau puis rester relativement stables durant toute l’opération. Il est courant également qu’un navire ravitailleur d’une opération alimente plusieurs navires en essence, eau et nourriture. L’ITS Libeccio a ainsi pu continuer sa patrouille de lutte contre la piraterie dans une zone à haut risque au large de la côte somalienne.

(Leonor Hubaut & Nicolas Gros-Verheyde)

Comments are closed.