3 industriels proposent leur service pour préparer un drone

(B2) Trois entreprises : une européenne, l’autre française, la dernière italienne (EADS, Dassault et Finmeccanica) ont décidé de s’associer pour développer un projet de drone de renseignement européen MALE (moyenne altitude longue endurance) d’ici à 2022, comme le relate notre confrère Alain Ruello des Echos. Montant : 1 milliard d’euro. Échaudé par l’achat français de drones américain Reaper, faute d’une filière industrielle européenne autonome, les trois industriels se seraient décidés à ressusciter le projet franco-allemand Talarion, lavé de ses défauts originels. EADS serait le leader industriel d’un projet qui ne verrait le jour qu’à la condition, non-négociable, qu’un des trois pays potentiellement intéressé – France, Allemagne, Italie – assume le rôle de contractant unique. Mais, faute de financement dans  l’immédiat et de volonté politique réellement affichée à Paris, Rome et Berlin, aucun calendrier d’études de faisabilités n’a pour l’heure été fixé, pourtant première étape du lancement de ce projet.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).