OHQ appelle FHQ. Les milis européens en exercice

Les militaires travaillent à l'amélioration de la gestion de crise
La coordination est la clé de cet exercice conjoint entre militaires européens et militaires nationaux, qui veulent montrer qu’ils sont prêts à intervenir (Crédit : SEAE)

(BRUXELLES2) L’exercice militaire annuel de l’Union européenne (MILEX 13) se termine bientôt (le 22 novembre). Conduit par le général Wolfgang Wosolsobe, le chef d’Etat-Major de l’Union européenne (EUMS), cet exercice met en avant un nouveau scénario de gestion de crise. Le focus est mis sur le processus de planification militaire nécessaire pour le déploiement d’un battlegroup européen (aucune troupe n’est déployée pour cet exercice car il s’agit essentiellement d’un exercice d’Etat-Major). Mais Milex 2013 inclut aussi une dimension d’assistance humanitaire et le déploiement d’experts civils.

Tester l’OpsCenter

L’exercice est d’abord une occasion de tester le Centre opérationnel (OpsCenter) de l’UE situé au sein de l’Etat-Major de l’Union européenne à Bruxelles qui sert d’OHQ sous la direction du général grec Alkiviadis Stefanis. 70 personnes prennent part à la simulation. La moitié vient de l’Etat-Major militaire, l’autre moitié des États membres. Le QG de force (FHQ) est, lui, situé en France au Mont-Valérien (à Suresnes, près de Paris), sous la direction du général français Daniel Grammatico. « L’interaction entre le QG opérationnel de Bruxelles et le QG de Force de Mont Valérien est important » explique le général Wolfgang Wosolsobe. « Nous voulons tester nos nouvelles procédures et nos systèmes opérationnels. » Les Européens ont ainsi installé un nouveau système d’information de commandement et de contrôle (C2) mais aussi de nouveaux équipements, amenés au Mont Valérien pour avoir un « test en conditions réelles ».

Humanitaires, ONU et satellites

La liaison avec la Croix Rouge Internationale et avec les Nations Unies, qui participent à l’exercice, est un autre élément « important de l’exercice » précise le général Wosolobe. Le scenario comprend en effet le déploiement d’un battlegroup de l’UE pour aider une mission de l’ONU déployée précédemment par une organisation régionale. Objectif : assurer un environnement sûr et sécuritaire avant, pendant et après un référendum sur l’avenir d’une région fictive, dite EIBA. D’où l’importance de coordonner l’action de l’UE avec les organisations régionales compétentes. Le Centre Satellitaire de l’UE (basé à Torrejon) y participe aussi, fournissant des cartes satellites, sa spécialité.

Milex 2014 approuvé

Les 27 ministres de la Défense (les 28 sauf le Danemark) ont approuvé, lundi (18 novembre), les spécifications pour l’exercice militaire annuel suivant (MILEX 14) qui devrait se dérouler à la fin du premier semestre 2014, avec comme quartier général d’opération le Mont-Valérien et les Suédois en FHQ. Quant à l’exercice Multi Layer 2014, il se déroulera à la fin de l’année, avec comme quartier général d’opérations, cette fois Rome. C’est en effet l’Italie qui assumera à ce moment-là la présidence tournante de l’Union européenne.

(Nicolas Gros-Verheyde & Leonor Hubaut)

Video disponible sur la nouvelle chaine Youtube de B2

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).