Réfugiés. La Commission avertit la Bulgarie : le refoulement n’est pas admis

Navire de migrants intercepté par la Garde côtière en Novembre 2009 (Crédit : UNHCR/A. Rodríguez)
Navire de migrants intercepté par la Garde côtière en Novembre 2009 (Crédit : UNHCR/A. Rodríguez)

(BRUXELLES2) « Le refoulement des réfugiés n’est tout simplement pas admis ni conformément aux obligations de l’UE ni aux obligations internationales » a assuré Michele Cercone, le porte-parole de la Commission européenne , ce mardi (19 novembre), en réponse à des questions de confrères lors du briefing de midi. Les Etats membres ne devraient pas procéder à de tels refoulements. « Il appartient aux Etats membres de décider des mesures qu’ils prennent pour garder leurs frontières et c’est leurs choix » a-t-il précisé avant d’ajouter. « Nous avons toujours dit que les murs ne règlent aucun problème. Ce qui règle les problèmes, c’est une gestion cohérente et structurée des flux migratoires et des flux de demandeurs d’asile. » « Quiconque arrive sur le territoire européen, ne doit pas être refoulé, ne doit pas se voir refuser cette possibilité. C’est une obligation qui dérive de la Convention internationale, mais qui se fonde aussi sur les valeurs de l’Union européenne. » Un avertissement qui vise, sans les nommer, la Bulgarie notamment mais aussi la Grèce.

Lire : Réfugiés syriens. Le HCR condamne les dérapages et demande un moratoire des expulsions