Un drone néerlandais s’écrase en mer

Drone scan eagle (archives 2012 - marine néerlandaise)
Drone Scan Eagle (crédit : marine néerlandaise)

(BRUXELLES2) Un des drones à bord du navire amiral d’EUNAVFOR atalanta, le Zr. Hs Johan de Witt, un ScanEagle équipé de caméra numérique, s’est écrasé en mer au cours d’une patrouille près des Seychelles, selon nos informations. L’appareil a été « retrouvé et récupéré » indique-t-on du côté de la marine néerlandaise. La cause de l’incident n’est pour l’instant pas connue mais est étudiée. En attendant, tous les vols avec le Scan Eagle ont été arrêtés.

Les drones en mer ne sont plus rares

Les drones sont de plus en plus utilisés par les navires présents dans l’océan indien. Ils offrent une alternative intéressante – et complémentaire – aux hélicoptères, pour effectuer des survols des navires, suspects ou non, repérer des prises pirates ou des dhows suspects. Principaux avantages : la discrétion, un coût relativement limité comme la place dans le navire, et la complémentarité avec les autres moyens de bord (hélicoptère ou RHIB, bateau de visite).

Les navires équipés

Outre le Zr. Hs Johan de Witt, le navire espagnol Meteoro en est ainsi équipé, ayant embarqué depuis le 10 septembre un Skeldar V-200, un drone développé par le suédois Saab et qui décolle en vertical, sur un mode hélicoptère. Ce drone avait été auparavant testé au large des Canaries sur un autre navire espagnol, le Relámpago.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).