L’approche « amicale ». Un mode d’appréhension de la réalité dans l’Océan indien

Approche d'un dhow yemenite (crédit : marine italienne / EUNAVFOR Atalanta)
Approche d’un dhow yemenite (crédit : marine italienne / EUNAVFOR Atalanta)

(BRUXELLES2) « L’approche amicale » est un mode apprécié des marines européennes dans l’Océan indien. afin de mieux faire connaitre leur action mais aussi d’avoir une bonne connaissance des pratiques locales.

Objectif : information

L’objectif de ces approches est de « s’informer sur les mouvements maritimes de la zone tout comme de renforcer les relations avec les pirates locaux » précise-t-on au QG d’Atalanta. Le nombre de dhows dans le Golfe d’Aden a largement augmenté à l’approche de la fin de la mousson du sud-ouest. Et cela permet aux pêcheurs de repartir en mer… mais aussi aux pirates. Pour les militaires, il est donc impératif de surveiller ces mouvements de près et recueillir des informations.

23 approches « amicales » en 3 jours

Le navire italien ITS Zeffiro a ainsi procédé jeudi (1er octobre) à à une « approche amicale » d’un dhow yemenite (photo) dans le Golfe d’Aden. Avec l’équipe de visite italienne, un Djiboutien qui assure le contact nécessaire et la traduction. Quant au navire espagnol Meteoro, qui a rejoint la force européenne EUNAVFOR le 15 juin dernier, il a mené fin septembre une série d’approches « amicales » sur 23 dhows dans un temps limité de 3 jours. Dans certains cas, précise-t-on au QG d’Atalanta, les marins du Meteoro ont fourni de l’assistance technique, voire des soins médicaux si nécessaire, et dans tous les cas de l’eau et des vivres.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).