« Grande gueule » arrêté. Qui était-il ? (Maj3)

(BRUXELLES2) Un des acteurs les plus importants de la piraterie en Somalie, Mohamed Abdi Hassan a été arrêté samedi à l’aéroport de Zaventem (Bruxelles), selon le quotidien De Standaard. Le procureur fédéral belge Johan Delmulle, l’a confirmé lors d’une conférence de presse tenue ce lundi (14 octobre) à Bruxelles.

Une belle prise

Celui qui est surnommé Afweyne (grande gueule) a été attiré par… un projet de film sur sa vie. Un faux projet « monté » de toutes pièces par les spécialistes belges de la Sûreté. Les unités spéciales de la police de Bruxelles n’ont eu ensuite qu’à le cueillir, à sa descente d’avion en provenance de Nairobi. Il a été transféré vers la prison de Bruges où il devrait être jugé, en particulier pour le détournement du navire de dragage belge Pompei en avril 2009. Un autre homme, Mohamed M. Aden Tiiceey a également été arrêté. La chambre du conseil devrait se prononcer mardi, selon l’agence Belga.

Le « business » d’Afweyne

Ancien fonctionnaire, originaire de la région de Muduf (Somalie centrale), Afweyne avait eu une bonne idée. « Il a commencé en 2003 – témoigne un anonyme aux enquêteurs de l’ONU. Il m’a demandé d’investir 2000$. Il mendiait. Et me disait « j’ai vraiment une bonne idée de business. Je n’ai pas investi. Et je le regrette beaucoup aujourd’hui » ! Les experts des Nations-Unies le décrivent, en effet, dans leur rapport sur la Somalie, comme un des plus influents du réseau de pirates de la zone Hobyo-Harardheere.  « la famille Afweyne a réussi en cooptant des membres de la communauté locale, principalement du sous-clan Habar Gidir Sallebaan, à travers la redistribution de richesse ».

Un des plus influents de la zone

Avec sa bande, Mohamed Abdi Hassan a ensuite détourné plusieurs navires. Outre le Pompei, on trouve sa trace dans l’affaire des deux logisticiennes espagnoles de Médecins sans frontières, Montserrat Serra et Blanca Thiebaut, qu’il avait rachetées aux Shebabs (lire : Les pirates « achètent » 2 otages de MSF aux Al-Shabaab). On le crédite lui et son fils d’avoir détourné le Indian Ocean Explorer et le porte-containers allemand Hansa Stavanger (avril 2009), le vraquier britannique Ariana (mai 2009), le bateau de pêche basque espagnol Alakrana ou le vraquier chinois Xin Hai (octobre 2009), etc.

En voie de venir un « retraité » paisible

En fait, selon les experts de l’ONU, il s’était déjà retiré depuis, au moins plusieurs années, « des opérations au jour le jour laissant à son fils Abdiqadir le soin de diriger ces opérations ». Il continuait cependant de « tirer profit de la piraterie », business qu’il avait créé, et « dominait le marché local du khat ». Il bénéficiait de solides complicités au plan local. Il était ainsi dans le viseur d’Interpol depuis plusieurs mois, voire plusieurs années déjà. En début d’année, il avait annoncé publiquement qu’il se retirait des affaires, voulant même se consacrer à devenir conseiller du gouvernement somalien pour lutter contre la piraterie (lire : Dernières nouvelles de la piraterie (17 janvier).

Et un « notable » local

Quant à Tiicey, c’est un notable local, gouverneur de la région d’Adado. Il était proche des pirates et avait servi d’intercesseur lors de plusieurs cas de capture. Il avait notamment accompagné les trois otages syriens du MV Orna libérés à Mogadiscio, début janvier en compagnie de Abdiqadir (le fils d’Afweyne), expliquant qu’ils avaient été libérés sans versement de rançon.

(papier complété mar 15 et merc. 16 octobre)

Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).