Avertissement aux plaisanciers dans l’Océan indien

Arrestation de suspects par la marine australienne cette semaine (crédit : CTF 151 / marine australienne)
Arrestation de suspects par la marine australienne cette semaine (crédit : CTF 151 / marine australienne)

(BRUXELLES2) « Si jamais il y avait une bonne raison d’écouter les avertissements de forces navales au sujet de la menace permanente de la piraterie somalienne, les deux récentes attaques sur un super tanker et un navire de pêcheur en sont certainement une » a précisé dans un communiqué le QG de l’opération anti-piraterie de l’Union européenne (Atalanta) à Londres. 

Zones à éviter

« Il est très probable qu’une attaque similaire sur un navire qui n’est pas en mesure de mettre en œuvre des mesures d’auto-protection, comme un voilier ou bateau de plaisance, aurait fini par voir le navire piratéet l’équipage pris en otage. » En raison de leur « vulnérabilité », les spécialistes d’Atalanta « recommandent fortement à tous les voiliers de rester en dehors de la zone à haut risque (sud de la mer Rouge, Golfe d’Aden et Océan Indien occidental) ».

Communiqué commun

Les trois opérations multinationales anti-piraterie — Union européenne, OTAN et CTF-151 – ont d’ailleurs publié un communiqué commun avec les milieux de la voile (Fédération Internationale de Voile, Cruising Association, Ocean Cruising Club, Royal Cruising Club, Royal Yachting Association et le Royal yacht Squadron). Télécharger l’avertissement.  Ce n’est pas la première fois que les responsables des forces anti-piraterie font ce genre d’appel. Lire aussi : allez faire de la voile ailleurs

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).