Entre l’Otan et la Russie, on s’aime en mer

(crédit : OTAN)
Au premier plan le chasseur de mines Narcis puis son homologue néerlandais le Makkum (crédit : OTAN)

(B2) Six navires de l’OTAN et deux navires russes ont réalisé un PASSEX – exercice de passage – dans les eaux de Saint-Petersbourg. Sous le commandement de Piotr Sikora de la Marine polonaise, l’ORP Czernicki (Pologne), l’ENS Admiral Cowan (Estonie), le BNS Narcis (Belgique M-923), le HNLMS Makkum (Pays-Bas, M-857), le HNoMS Rauma (Norvège) et le FGS Dillingen (Allemagne) – qui forment le groupe « permanent » de lutte anti-mines (SNMCMG1) ont passé le relais à deux navires russes dans les eaux territoriales russes, avant de conclure par une visite du port de Saint-Pétersbourg. Le tout conclu par les habituelles réceptions à bord du navire russe Aurora, une cérémonie au cimetière Piskarevsky en hommage aux victimes du siège de la ville (alors Leningrad) de 1941 à 1944 et un match de football. Les navires ont, depuis, quitté le port pour rejoindre le grand exercice de l’OTAN Steadfast Jazz.

Se parler

« Ce genre de coopération ouvre la voie à de futures opérations conjointes Russie-OTAN », a commenté le commandant Sikora . « Parler avec nos homologues russes au cours de cette escale nous a permis de reconnaître qu’il existe de nombreux domaines de la coopération militaire entre l’OTAN et la Russie, notamment dans le domaine de la lutte contre la piraterie et le terrorisme, l’éducation, la formation, la recherche et le sauvetage en mer. Cela permet d’améliorer la compréhension entre l’OTAN et la Russie, mais aussi d’améliorer l’interopérabilité et la coopération dans des domaines d’intérêt commun ».

NB : Si un exercice « Passex » a un rôle technique – vérifier que la communication passe bien entre navires de pays différents voire la possible interopérabilité – il a plus souvent une valeur symbolique et politique d’affichage d’une « amitié » entre différents pays. C’est le cas dans cet exercice.