En mer, ca brille…

(crédit : OTAN)
(crédit : OTAN)

(BRUXELLES2) Durant plusieurs jours, le meilleur de la flotte de l’Alliance se retrouve en Méditerranée entre Sicile et Sardaigne pour l’exercice « Brilliant Mariner ». Plus de cinq mille militaires et navales de 12 pays de l’OTAN (Belgique, Danemark, France, Allemagne, Italie , Lettonie, Pays-Bas , Norvège, Pologne , Espagne , Turquie , Royaume-Uni et États-Unis) participeront à cet exercice annuel. 25 navires de guerre, dont un porte-avions, 12 frégates, un navire amphibie, un navire auxiliaire et 7 navires de lutte contre les mines sont engagés, avec deux sous-marins et un avion de patrouille maritime. C’est le Commandement maritime des forces alliées de l’OTAN, basé à Northwood (Royaume-Uni) qui coordonne l’exercice. La première partie est concentrée sur l’interopérabilité dans les opérations de guerre maritime multi-menaces asymétriques. La deuxième phase de l’exercice met en lumière un scénario de gestion de crise « complexe » auquel les navires devront répondre. L’objectif « n’est pas seulement de parfaire les compétences maritimes multinationales. C’est aussi une preuve tangible des différents problèmes de sécurité auxquels nous sommes susceptibles de faire face dans ces prochaines années », selon le commandant maritime de l’OTAN , le vice-amiral Peter Hudson (bien connu de ce blog pour avoir piloté l’opération EUNAVFOR Atalanta à ses débuts). « Un point clé des Forces maritimes est sa capacité d’exercer une influence à distance, ce qui permet d’offrir des choix politiques et un large éventail d’options militaires. Pour cela , nous devons nous entraîner dur « , a-t-il dit.