Un Mélanchon Trop court

(à Strasbourg) Jean-Luc Mélanchon ne connaît apparemment pas encore très bien les us et coutumes du Parlement européen, 4 ans après son élection. Mercredi à Strasbourg, il s’est fait prendre comme un débutant sur le temps de parole. Il se trompe d’abord de bouton pour le micro. 10 secondes de perdu. Puis il commence par une grande leçon d’histoire sur l’interdiction des armes chimiques en droit international. 50 secondes de perdues. Le président de séance, lui tend la main « votre question ? ». L’intéressé n’en que faire et continue. Trop tard. Le temps de parole de 1 minute est largement dépassé… Le micro se coupe. Dépité, le leader du front de gauche ne peut que constater “après on me demande pourquoi j’interviens”. Pour une fois !

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).