Défendre une capacité de défense pour l’Europe

(B2) André Flahaut, le président de la Chambre des députés (belge), a tenu un propos engagé sur l’Europe de la Défense. L’ancien ministre belge de la Défense intervenait devant l’assemblée parlementaire de la PESC à Vilnius.

Une impossibilité d’agir seul

« Plus aucun pays ne peut agir seul en matière de défense ». Les pays européens dépensent 190 millions d’euros pour leur défense et a « un million et demi de militaires » dans les rangs ». Mais, au final, « nous ne disposons que de bien piètres capacités opérationnelles ». Le contexte de crise économique aidant, les budgets vont encore diminuer. « Nous pouvons et devons diminuer nos dépenses de défense ». Il faut simplement qu’elles soient plus efficaces.

S’appuyant sur ce qu’on peut appeler le « modèle belge » de coopération, il a avancé trois idées : la création d’un seul état-major de défense, interarmées, qui permet d’offrir « plus de cohérence, plus de souplesse de fonctionnement et de transversalité » ; le développement de drones et d’avions de combat communs sur le modèle de l’avion de transport Airbus A400M, et des formations communes – comme celle franco-belge des pilotes ou belgo-néerlandaise pour la marine.

(NGV)

 

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).