La situation à Qousseir (Syrie) fait réagir… un peu !

(BRUXELLES2) « Il n’y aura pas d’impunité pour les auteurs » des violences à Qousseir (Syrie) a déclaré le porte parole de Catherine Ashton, Haute représentante de l’UE, dans un communiqué publié dans la nuit de samedi à dimanche (*). Face aux combats violents qui ont pris une nouvelle tournure plus dramatique depuis le 19 mai, la Haute représentante de l’UE demande l’ouverture d’un accès aux ONG pour l’évacuation des blessés et met en garde contre les exactions envers les civils. « La Haute représentante est profondément préoccupée par les combats à Qousseir qui ont déjà fait des centaines de victimes et ont laissé de nombreux civils dans des conditions extrêmement critiques ». Il est aussi rappelé « le besoin urgent pour une solution politique ». L’UE « ne ménagera aucun effort pour aider à créer les conditions propices à une bonne organisation de la conférence de paix sur la Syrie (Genève 2)».

Commentaire : Cette déclaration a le mérite d’exister. Mais on est dans l’ultra-classique. Parvenu à la presse dans la nuit de samedi à dimanche (à 0h15 !), on pourra ainsi avoir quelques doutes sur le poids d’une telle déclaration qui apparait très en retrait par rapport aux évènements et surtout aux autres prises de position. On ne trouve non plus nulle part, l’offre d’une médiation qui, à défaut d’être acceptée, aurait pu être présentée, ou de demande de commission d’enquête, ni de mention de l’arrivée de renforts étrangers (Hezbollah)… Les ministres des Affaires étrangères des 27, lundi dernier (27 mai), avaient déjà exprimé leur « grave préoccupation » sur les opérations militaires en cours « menées par le régime et ses soutiens », mentionnés ainsi de manière explicite. Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, mercredi dernier (29 mai), avait voté une résolution condamnant l’intervention de « combattants étrangers » aux côtés des forces armées syriennes à Qousseir et demandant une enquête de l’ONU.

(*) Texte original (anglais) “The High Representative is deeply concerned at the ongoing fighting in Qusayr which has already caused hundreds of victims and has left many civilians in an extremely critical situation. The High Representative is appalled at the level of violence in and around the city. There will be no impunity for the perpetrators. The High Representative recalls the responsibility, in particular that of the Syrian government, to protect civilians. She demands that all parties ensure urgent and safe access to relevant organisations to ensure the evacuation of the wounded and civilians and to reach all those in need. The High Representative reiterates the urgent need for a political solution to the conflict and reasserts that the EU will spare no effort in helping to create the appropriate conditions for a successful convening of the peace conference on Syria.”

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).