B2 Le Quotidien de l'Europe géopolitique. Actualité. Dossiers. Réflexions. Reportages

Golfe Moyen-Orient

Face à la Russie, et la livraison d’armes en Syrie, l’UE mezzo vocce

(BRUXELLES2) A la veille du Sommet UE-Russie, l'Union européenne joue mezzo vocce sur la question de la livraison des armes à la Syrie. C'est du moins le sentiment qu'on peut avoir à écouter les réponses de la Commission européenne que j'ai interrogée lors de la "messe de midi", la traditionnelle séance de questions-réponses face à la presse.

La Commission ne veut pas faire de la question un sujet

La porte-parole de J.M. Barroso, le président la Commission, Pia Ahrenkilde a d'abord cherché à éluder la question, prétextant que tout avait déjà été dit... vendredi. En fait, elle faisait référence à un briefing "off" (qui n'est pas une réponse officielle puisqu'on ne peut pas le citer). La Commission n'entend pas vraiment insister sur ce sujet alors qu'il y tant d'autres points à discuter : les relations commerciales, et aussi la protection des données. Les Russes (comme les Américains auparavant) exigent la communication des données personnelles des passagers des compagnies aériennes européennes. Un moyen de préserver la sécurité, prétendent-ils. Un fer dans la position européenne, peut-on préciser. Les Russes excellant dans l'art de toujours trouver à la veille d'un sommet Ue-Russie, un point embarrassant qui bouscule les conditions de la négociation.

Ne pas aggraver la situation

Du coté de la Haute représentante de l'UE, le ton est plus net. « Cette question sera effectivement abordée ce soir et demain. Je ne peux pas préjuger de ce qui sera dit » a précisé son porte-parole, Michael Mann. « Notre priorité est le processus politique ; nous soutenons l'initiative Russo-Américaine pour Genève 2 » a-t-il ajouté. « Nous demandons à toutes les parties prenantes de ne rien faire pour rendre cette situation qui est déjà très grave encore plus grave, et d’éviter l’augmentation de la violence.» Mais on reste dans la parole politique. La possibilité de mesures de rétorsion si la Russie continue de livrer des armes à la Syrie n'est donc pas évoquée, à ce stade.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

s2Member®