Dernières nouvelles de la piraterie (16 juin 2013)

(BRUXELLES)

Les marins brûlés rejoignent l'ambulance qui les attend au pied de la coupée (Crédit : Marine espagnole)
Les marins brûlés rejoignent l’ambulance qui les attend au pied de la coupée (Crédit : Marine espagnole)

Evacuation de deux marins blessés

La frégate espagnole Numancia est intervenue vendredi (7 juin), pour venir en aide à deux marins philippins brûlés aux mains et au visage après un incendie dans la salle machines de leur tanker, le MT Pearl, et les a évacués vers l’hopital de Port Victoria aux Seychelles. C’est la frégate australienne « HMAS Newcastle», de la Task Force 150, qui avait répondu en premier à l’alerte. Et pris en charge les blessés. Mais comme elle ne pouvait procéder à l’évacuation des blessés, le commandement de la Task Force 150 a demandé si le « Numancia » pouvait prendre en charge l’évacuation. La frégate espagnole a recueilli alors à son bord les blessés. Traités par l’équipe médicale de bord, ils ont été réhydratés, mis en observation et stabilisés jusqu’à l’arrivée à Port-Victoria, dimanche (9 juin). Ils étaient attendus alors par l’officier de liaison d’EUNAVFOR dans l’ile et une ambulance. Ils ont tenu cependant à descendre à pied la coupée pour rejoindre l’ambulance. Le Numancia avait déjà procédé à une évacuation du numéro 2 du navire auxiliaire « Fort Victoria ».

Ile Maurice : jugement à l’automne

Le procès des douze Somaliens arrêtés en début d’année, soupçonnés d’acte de piraterie, devant la justice mauricienne devrait commencer en septembre. Convoqués devant le procureur, les douze suspects ont nié toute implication dans la piraterie et plaider non coupables, estimant être de simples pêcheurs.

Retour au pays pour le Zr Ms De Ruyter

De bemanning van Zr. Ms. De Ruyter staat aangetreden op de kade na terugkeer in Den Helder. Foto: Ministerie van Defensie
(Crédit : marine néerlandaise)

Après une participation réussie à l’opération anti-piraterie Atalanta, la frégate néerlandaise Zr Ms De Ruyter est rentrée à son port d’attache de Den Helder, samedi (8 juin). Le navire était parti début février vers le Golfe d’Aden et le bassin somalien. Mission première : la protection et l’escorte des navires naviguant pour le Programme alimentaire mondial. Le capitaine du navire a dressé le bilan de 4 mois en mer : neuf pirates présumés ont été arrêtés et remis à la justice et 20 navires suspects interrogés. En outre, la frégate néerlandaise a participé également à la libération d’un dhow détourné par les pirates, le Saad 1. Sans oublier, les patrouilles menées le long des côtes somaliennes, qui ont permis de ramener « de précieuses informations sur les activités côtières et les modes de vie ». Au total, le Zr Ms De Ruyter parcouru 33.916 miles nautiques. Mais c’était aussi la première mission opérationnelle pour l’hélicoptère de bord, le NH90. Un hélicoptère qui a bien tenu dans les conditions chaudes et humides de l’Océan indien et a volé 232 heures.

Libération de cinq marins au large du Nigeria

Les pirates ont libéré jeudi (6 juin) ou vendredi (7 juin) – selon les versions ) cinq marins pakistanais kidnappés lors d’une attaque sur un pétrolier il y a deux semaines. Le 25 mai, huit pirates armés avaient effectivement pris d’assaut le MT Matrix battant pavillon nigérian. Usant de leurs armes, ils avaient raflé différentes marchandises et les biens des marins, et enlevé les cinq hommes. Ceci à environ 40 miles nautiques des côtes de l’Etat de Bayelsa, une zone riche en pétrole et prisée par les pirates et bandes armées en tout genre.

Formation des forces tanzaniennes

Profitant d’une escale visite dans le port de Dar Es Salaam (Tanzanie), la frégate française FS Nivôse – qui participe à l’opération européenne anti-piraterie (EUNAVFOR Atalanta) a organisé le 3 juin une formation de la marine tanzanienne, sur la base d’une formation donnée par ses compatriotes du FS Guépratte quelques jours plus tôt. Douze marins de la Garde côtière tanzanienne ont pu ainsi suivre une démonstration des méthodes utilisées par les équipes de visite de la marine française pour arrêter et fouiller un navire suspect et son équipage. Au programme également : une démonstration des méthodes utilisées pour désarmer les équipages suspects transportant des armes. Cet événement était organisé par l’officier de liaison de la force navale de l’UE au Kenya et en Tanzanie.

Lire aussi  :

& la section piraterie

 

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Commentaires fermés.