La piraterie : ce n’est pas fini !

(BRUXELLES2) « La tendance est bonne. Il n’y a aujourd’hui plus que 2 navires et 54 otages aux mains des pirates » a expliqué le Rear-Admiral Tarrant, chef de l’opération anti-piraterie de l’UE (EUNAVFOR Atalanta). Un chiffre à comparer à ce qui était le cas, il y a un an. « Début 2011, il y avait encore 32 navires et 736 otages aux mains des pirates somaliens ». Pour autant, il ne faut pas relâcher les efforts, a expliqué l’officier aux Chefs d’Etat-Major des « 27 », réunis, ce jeudi (16 mai), au sein du comité militaire de l’UE au Justus Lipsius. Il y a une « nécessité de poursuivre les efforts. La piraterie n’est pas entièrement éradiquée. On continue d’arrêter des pirates. » (Cela a été le cas récemment, lire : Six “suspects” appréhendés dans l’Océan indien).

La vigilance doit rester de mise

Peu avant, le QG d’Atalanta avait diffusé un message s’adressant plus spécifiquement au milieu maritime. « Les marins et les nations (ne doivent pas) baisser la garde et le soutien aux opérations de lutte contre la piraterie en croyant que la menace de piraterie est terminée. (…) Les pirates somaliens sont toujours déterminés à sortir en mer. Et, si il se présente une cible facile, ils pourront attaquer. (…) Il est essentiel que nous restions vigilants. Ou alors le nombre d’attaques va encore une fois augmenter. »

NB : Ce message de vigilance est constant dans l’esprit de l’opération anti-piraterie de l’UE. Avant de quitter ses fonctions, le mois dernier, le contre-amiral espagnol Pedro Garcia De Paredes l’avait déjà précisé. Lire : Une vigilance de mise. Bilan de 4 mois en mer du commandant espagnol

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Commentaires fermés.