Que les Syriens restent chez eux !

(crédit : UNHCR)

(BRUXELLES2) L’Europe ne fait pas dans la générosité. Alors que plus d’un million de Syriens ont déjà quitté le pays — surtout vers le Liban, la Jordanie et la Turquie —, ils ne sont que très peu à avoir franchi la Méditerranée. Moins de 30.000 selon les dernières statistiques publiées par Eurostat. L’Europe n’est pas à une contradiction près. Elle condamne le régime de Bachar, s’inquiète du nombre des réfugiés… comme le rappelaient encore récemment (lors du gymnich de Dublin) Laurent Fabius et son homologue britannique William Hague, dans une lettre commune pour justifier la levée de l’embargo sur les armes. Mais les accueillir, il n’y a personne ou presque parmi les Etats européens qui se mouillent !

Les visas sont donnés au compte-gouttes par les ambassades européennes. Seules la Suède et l’Allemagne ont fait un (petit) effort accueillant pas loin de 8.000 Syriens chacune. L’Allemagne a mis en place un mini-pont aérien pour accueillir quelques blessés graves dans ses hôpitaux. Pour les autres, le mot d’ordre semble être : “que les Syriens restent chez eux!”. La France, selon les statistiques du Haut commissariat aux réfugiés, a ainsi accueilli peu de réfugiés venant de Syrie : autant (627) à peu près que Chypre (564) !

Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).