La défense, un des trois éléments de l’unité européenne

(crédit : Elysée)

(BRUXELLES2) Réunis à Varsovie, les 6 dirigeants européens en format Visegrad / Weimar (*) ont convenu comme l’a détaillé le Premier ministre polonais, Donald Tusk, à la sortie de la réunion, que « la construction de l’unité européenne (pouvait) être réalisée à l’aide de trois outils : « l’Union économique et monétaire, la compétitivité des économies européennes et le renforcement des capacités de défense européennes ». La construction de l’Europe de la Défense retrouve ainsi une place qu’elle n’avait pas eu depuis des années dans la construction européenne.

Les ministres de la Défense – réunis en parallèle – ont dans une déclaration exprimé leur volonté de renforcer leur coopération dans le domaine de la défense et d’améliorer la compétitivité de l’industrie européenne de défense. « Nous disposons d’une base industrielle commune, l’emploi et la technologie pour permettre à la défense européenne d’avoir une fiabilité suffisante » a déclaré le président français, François Hollande.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(*) De gauche à droite sur la photo : Petr Nečas (Rép. Tchèque), Viktor Orban (Hongrie), François Hollande (France), Donald Tusk (Pologne), Angela Merkel (Allemagne), Robert Fico (Slovaquie)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).