Déblocage malien pour la mission européenne EUTM Mali

(BRUXELLES2, exclusif) Ainsi que les lecteurs du club de B2 (sur souscription) le savent déjà, la décision sur la mission européenne de formation de l’armée malienne (EUTM Mali) aurait dû approuvée en décembre. Mais l’absence d’invitation formelle avait conduit à reporter cette formalité essentielle pour la poursuite du lancement de la mission. Cette invitation a formellement été faite maintenant et reçue juste avant la fin de l’année par Catherine Ashton, la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères. Ce qui permet dorénavant d’espérer voir adopter la décision rapidement. Ce devrait être fait au besoin par “procédure écrite, rapidement” a assuré à B2 une source bien informée.

Une formation pratique au combat

Selon un projet de décision (dont B2 a pu prendre connaissance) qui donne le cadre général de la mission, celle-ci aura un objectif précis : « former et conseiller les forces armées maliennes dans le sud du Mali (pour) contribuer à rétablir leurs capacités militaires et leur permettre de mener les opérations de combat visant à rétablir l’intégrité territoriale du Mali ». Le tout « sous le contrôle des autorités politiques légitimes ». La durée initiale de la mission est prévue pour 15 mois. Et sa mise en place est espérée dès février, au plus tard avril.

Tous les mots ont leur importance : 1° Il s’agit bien d’une mission de formation et de conseil, pas autre chose. 2° Elle se situe bien dans le sud du Mali et non dans le nord, donc pas d’implication directe des formateurs européens dans les combats. 3° Enfin, il ne s’agit pas d’une formation pour la formation, mais bien d’une formation opérationnelle pour mener des opérations de combat. 4° Et cette action vise à replacer le pouvoir militaire sous l’autorité du pouvoir politique (et non le contraire comme la situation actuelle issue du coup d’état).

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Commentaires fermés.