Eagle Sapper, génies britannique et français en commun

(BRUXELLES2) Les entraînements et exercices en commun franco-britanniques continuent. Cette fois au niveau du génie entre les sapeurs du 17e Régiment Parachutiste du Génie (17e RGP) et du 23e Engineer Regiment (Air Assault)  dans le Northumberland. L’exercice Eagle Sapper – qui s’est déroulé à la mi-novembre – avait pour objectif de mettre en place différentes structures sur trame d’un scénario d’opération de secours humanitaire complexe : dans un pays confronté à la famine et ayant du mal à se remettre des dommages causés par un tsunami, avec le contrôle du gouvernement miné par les insurgés.

Après le déploiement de leur base à Woodbridge dans le Suffolk, l’exercice a commencé par la mise en place d’un pont aérien portable (APFB) dans la partie large (3,2 km) du lac artificiel de Kielder Water. Les sapeurs ont ensuite déménagé à Otterburn, où ils ont été mis au défi de créer des points d’approvisionnement en eau capables de fournir 40.000 litres d’eau potable chaque jour, de traverser des rivières en utilisant du matériel de pontage et de matériaux improvisés, de démolir les obstacles et de construire des positions défensives qui étaient sous le feu de « forces ennemies ».

Les conditions climatiques difficiles étaient un des éléments majeurs de l’exercice. Selon le lieutenant-colonel Jason Hones, commandant du 23e Régiment du génie. « Si un soldat peut survivre en Northumberland en hiver, il peut survivre n’importe où dans le monde. » Cet exercice intervient dans un partenariat plus large qui s’est mis en place entre la 16e Brigade Parachutiste d’assaut aérien et 11e brigade (11e BP), qui ont été chargés d’élaborer une Force conjointe expéditionnaire.