L’A400M termine ses essais. Reste le certificat de vol… Tout un programme

(Crédit : AirbusMilitary)

(BRUXELLES2) L’A400M d’Airbus a achevé sa phase finale d’essais en vol. Tout est maintenant dans les mains des autorités compétentes civile (en particulier l’agence européenne de sécurité aérienne AESA) et militaire (le comité désigné par l’OCCAR) afin d’examiner les données du programme «Fonctionnement et Fiabilité».

300 heures d’essai pour le MSN6

Le MSN6/Grizzly 5, le premier avion dévolu à la production, a effectué à lui tout seul et « avec succès » les 300 heures d’essais du programme, indique l’industriel. Il n’aura fallu que 26 jours, à force de 2 tours dans les airs et 15 heures de vol par jour sur 10 terrains d’aviation différents (auxquels viennent s’ajouter 6 jours de maintenance) pour apprécier le comportement de l’appareil en condition normale de service, dans des circonstances routinières qu’exceptionnelles. Fernando Alonso, directeur des essais en vol et d’intégration chez Airbus Military – et homonyme plutôt cocasse et, on l’espère, annonciateur, du double champion du monde de F1 – s’est dit particulièrement satisfait de la fiabilité de l’appareil. « L’équipage a été vraiment impressionné par la performance des systèmes embarqués et des moteurs, et nous sommes convaincus d’avoir de solides bases afin d’achever la procédure de certification dans les mois qui viennent. »

Une dernière « formalité » avant la livraison

Les organismes civils et militaires devraient adjuger le certificat de type civil et le premier standard militaire IOC (Initial Operating Capability) au cours du premier trimestre 2013. Airbus pourra alors livrer son premier A400M à l’armée française, le MSN7, au deuxième trimestre et un total de quatre appareils devrait ainsi être livré au cours de l’année 2013, selon le calendrier prévu.