Multilayer 2012 : l’approche globale absolue (Markus Bentler)

(BRUXELLES2 à Postdam) Compte tenu des nombreux défis que cela représentait, le général allemand Markus Bentler, Commandant en chef des opérations, s’est dit particulièrement satisfait du déroulement de l’exercice Multilayer 2012. «Pour la première fois, nous avons, dans un exercice, l’engagement de tous les acteurs civils et militaires au sein d’un entrainement sur les trois niveaux : les autorités politiques à Bruxelles, notre quartier général des opérations ici à Potsdam et nos collègues italiens du quartier général secondaire à Brindisi. C’est également la première fois que l’on interagit avec la partie civile de la mission. Pour ainsi dire, l’approche globale absolue ! »

Utiliser les mêmes données mises à jour en temps réel

Pour une première, le travail qui a été effectué a tenu ses promesses. « Laissez moi vous dire que nous avons appris énormément des uns et des autres, nous avons vécu une magnifique expérience, optimisé nos procédures et développé de nombreuses nouvelles idées» avant d’ajouter « Ayant travaillé tous ensemble dans ce processus est, en soit, un vecteur de transparence. Utiliser les mêmes bases de données, mises à jour au même moment à Bruxelles, Potsdam et Brindisi ».

Une équipe multinationale

Bien que la partie stratégique militaire se soit passée en Allemagne et avec une équipe à large majorité allemande elle aussi, le Général a tenu à insister sur l’approche multinationale du quartier général. 16 nations ont travaillé ensemble, en anglais, à Potsdam. En tout 204 militaires avec 54 postes dévolus aux officiers des autres Etats membres (12 Autrichiens, 9 Italiens, 7 Polonais, 5 Français, 4 Tchèques, 3 Finlandais et 3 Hollandais, 2 Grecques, 2 Irlandais, 2 Suédois ainsi qu’un représentant de Belgique, de Bulgarie, de Chypre, de Hongrie et du Portugal).

La gestion européenne des crises fonctionne

«Multilayer 2012 représente une nouvelle impulsion pour les développements futurs de la Politique de Sécurité et de Défense Commune.» Les accords prévoient un exercice tous les ans, mais un «gros» tous les deux ans. Aucune information n’a été fournie pour l’instant sur la localisation de l’exercice 2013. Mais ce qui compte pour l’instant dans la bouche de Markus Bentler c’est que «nous avons démontré que la gestion européenne des crises fonctionne ».

(crédit : Commandement des opérations de gestion de crise de Ulm)

• La carrière de M. Bentler a débuté en 1972 dans l’infanterie allemande en tant que candidat officier. En 1989 à 1992, il est envoyé à l’ambassade de Berlin à Washington en tant qu’attaché militaire. A son retour il est nommé Commandant du bataillon d’infanterie mécanisée jusqu’en 1994. De décembre 2002 jusqu’en juillet 2003, il part pour la première fois au sein de la KFOR, la force de paix au Kosovo, et est assigné au quartier général de Prizren au poste de Commandant de la brigade de chasseurs alpins du sud-ouest.

Damien Kerlouet

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise