La défense belge recrute comme jamais

rentrée à l'Académie militaire (crédit : Ministère belge de la Défense)

(BRUXELLES2) «Nous sommes à la recherche de jeunes qui ne reculent pas devant l’effort physique, qui aiment l’aventure et qui sont prêts à accepter des risques mesurés». C’est en ces termes que le ministre de la Défense belge, Pieter de Crem, a présenté récemment la campagne de recrutement qui va s’ouvrir pour 2013.

1830 postes offerts

En tout, 1.700 militaires et 130 civils qui sont recherchés pour occuper des fonctions allant du Paracommando au Matelot cuisiner, en passant par le contrôleur aérien ou encore l’ambulancier, 175 postes d’officiers (70 francophones et 105 néerlandophones), 515 de sous-officiers (206 F & 309 N), 855 de soldats et de matelots (345 F & 510 N) et 155 de militaires par la voie de l’Engagement Volontaire Militaire sont à pourvoir au sein des quatre corps d’armée. «L’éventail des fonctions ouvertes est très large, mais celles-ci ont toutes un élément commun : leur caractère opérationnel» peut-on lire dans le communiqué du Ministère. Il existe enfin 75 possibilités d’officiers ou de sous-officiers de réserve dans des domaines de la traduction, de la médecine, de la sociologie ou encore de la prévention et avec une formation militaire de 6 à 8 semaines à étaler sur un an. Le but est de mettre savoir-faire et compétences civils à la disposition de la Défense.

A noté qu’en ce qui concerne les 155 Engagements Volontaires Militaires (EVMI), les premiers arrivés seront les premiers servis puisqu’aucun diplôme ou concours particulier n’est exigé. Pour ces jeunes «qui souhaitent une expérience militaire de courte durée» (de 24 à 48 mois), pour reprendre les mots du Ministère, 5 officiers, 10 sous-officiers et 140 soldats et matelots seront embauchés. Quant aux civils, leur recrutement se fera via le Bureau de sélection de l’administration fédérale (SELOR). Certains des postes sont ouverts à tous les ressortissants de l’Union européenne.

Où ?

Géographiquement les offres sont plutôt hétéroclites. Aucune position d’ouverte sur Bruxelles cependant, étant donné que l’on y trouve seulement le Quartier Général de l’armée et l’Ecole militaire. En Brabant Wallon, 21 places sont à pourvoir à Beauchevain en logistique, ingénieur, sécurité ainsi que pilote. 5 places d’ambulanciers ou en logistique sont également ouvertes à Nivelles. Quant au Brabant Flamand, l’armée cherche 21 volontaires spécialistes de la transmission à Peutie, 50 futurs militaires d’infanterie à Heverlee ou encore 35 volontaires en électricité mécanique, logistique ou avec un profil technique à la base aérienne de Melsbroek.

Quelques pourcentages intéressants

Cette année, c’était 1.200 postes qui étaient à prendre. 1.045 postes vacants ont d’ores et déjà été remplis alors que le recrutement se poursuit jusqu’à la fin de l’année. Un bon recruteur pour le pays puisque 8.000 jeunes se sont présentés afin de postuler pour un emploi, dont un peu plus de 250 venaient d’un autre pays de l’UE. Intéressant ! Ce qui l’est peut-être moins c’est que seulement 10% de ces postulants étaient des femmes. Et avec une disparité flagrante : 18% chez les officiers et 13% pour les sous-officiers contre seulement 7% pour les postulants soldats et matelots.

On rajeunit les forces

Il faut dire qu’à côté des journées de recrutement, le Ministère belge de la défense garde son objectif de diminuer l’effectif de ses armées à 30.000 militaires et 2.000 civils à l’horizon 2015. On cherche à rajeunir la force belge face au papy boom – toujours sur base volontaire – tout en limitant les dépenses. Disette budgétaire oblige. Ceci étant, aucune fermeture de caserne supplémentaire ne devrait être prévue pour 2013.

Damien Kerlouet

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise