Dernières nouvelles de la piraterie (23 octobre 2012)

(BRUXELLES2) Ces derniers jours, les pirates ont repris leurs activités à un rythme moins soutenu qu’il y a un an. Mais à une fréquence qui laisse craindre que des navires soient, un moment donné, capturés. Le 20 octobre à 60 miles de Eyl (Puntland) à environ 2 miles des côtes somaliennes, une attaque sur un bateau de pêche a ainsi été signalée. La veille (19 octobre) une attaque avait été déjouée sur un navire marchand dans le Golfe d’Aden, à proximité du Yemen et du détroit de Bab el Manded. Et le 22 octobre une activité suspecte a été repérée au large d’Oman, près du Golfe d’Oman. Cela signifie que plusieurs groupes pirates sont repartis en “chasse”. Et que certains oeuvrent déjà à proximité de zones très éloignées de la Somalie et plus proches de l’Inde. Méfiance…

Lire également cette semaine :

Dix pirates du Taipan condamnés à Hambourg

Le procès a duré deux ans. Et vient de se terminer à Hambourg. C’est le premier depuis plus de 400 ans pour le port allemand. Les dix Somaliens accusés de piraterie pour avoir attaqué le cargo allemand MV Taipan dans l’Océan indien. Ils ont écopé vendredi (19 octobre) de peines plutôt clémentes : de deux à sept ans de prison. Ce qui signifie que certains sont d’ores-et-déjà libérables ou bientôt libérables. Le procureur requerrait davantage jusqu’à 12 ans de prison. Mais il n’a pas été suivi par la juridiction qui a pris en compte le contexte de pauvreté des intéressés. Les pirates avaient été arrêtés le 5 avril 2010 par les militaires néerlandais du Tromp, qui participait alors à l’opération européenne Eunavfor Atalanta dans une des premières opérations de “reprise de force” menée par les marines européennes (le navire avait pour l’occasion repris son pavillon). Les commandos marines s’étaient fait hélitreuillés sur le porte-conteneur, dans une manoeuvre puis transférés en Allemagne, en juin 2010.

Lire aussi :

French frigate FS FLOREALLe Floréal revient à ses amours pirates

La frégate française Floréal (F-730) a rejoint l’opération anti-piraterie de l’Union européenne (EU NAVFOR Atalanta). Une “routine” désormais pour cette frégate basée à la Réunion qui a été engagée, à deux reprises déjà, en 2010 et 2011.

Et l’avion danois s’en retourne au pays

Après deux mois de patrouille aérienne, l’avion danois CL-604 a quitté mardi (23 octobre) l’opération Ocean Shield, la mission de l’OTAN contre la piraterie. Au cours de son déploiement, il a fait – apprend-on – 37 missions pour un total de plus de 220 heures de vol à l’appui de la mission de lutte contre la piraterie. Parmi celles-ci, la moitié (environ 100 heures) ont été consacrées à des passages dans l’océan Indien ou près de la côte somalienne pour la recherche de pirates en mer ou la collecte d’informations sur les emplacements connus de piratage connexes. Cela s’est traduit par l’enregistrement de 100 heures de vidéo et plus de 4000 photographies qui ont été analysées afin d’aider les navires en patrouille en mer dans leurs recherches et investigations. Les forces de l’OTAN en opération comprennent actuellement deux navires uniquement : le HNLMS Rotterdam (Pays-Bas) et l’USS Halyburton (USA)

Taïwan veut autoriser ses navires de pêche à avoir des gardes privés

Le gouvernement taïwanais veut modifier la loi sur les activités de pêche en octroyant la possibilité aux pêcheurs de se procurer les services de gardes privés armés et également en encadrant son utilisation. Cette autorisation serait limitée à certaines zones et durant certaines saisons, rapporte l’agence Chine nouvelle qui cite le directeur général adjoint de l’agence pour les pêches, Tsai Jih-yao. Certains armateurs de pêche n’avaient pas attendu cette loi. Ils ont pris à bord des gardes armés. L’association des thoniers taIwanais est même allée plus loin. Elle a signé, l’année dernière, un accord avec le gouvernement sri-lankais lui permettant de bénéficier – contre rémunération – des militaires de la marine sri-lankaise.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).