Vrombissement de pales au-dessus du plat pays. Green blade à la manoeuvre

(BRUXELLES2) Des hélicoptères européens vont voler ensemble au dessus du sol belge dans le cadre d’un exercice européen. Dénommée «Green Blade», la manoeuvre, entamée le 17 septembre, se terminera le 5 octobre à partir de la base aérienne de Kleine Brogel (Belgique). Au total 18 appareils italiens, belges et allemands s’entraineront ensemble, allant d’hélicoptères de transport CH47 aux engins utilitaires tels que l’A109 et l’UH-1D et en passant par l’hélicoptère d’attaque A129. Organisé par l’Agence Européenne de Défense (AED), Green Blade se déroule en coordination avec l’exercice international Pegasus. Ce dernier étant également organisé par les forces spéciales belges et dépendant d’une forte participation en hélicoptères. En tout, 800 personnes vont ainsi être mobilisées pour les deux exercices, rassemblant des militaires d’Italie, d’Allemagne, de Belgique, d’Autriche, du Luxembourg, d’Irlande et d’Espagne (et du Canada dans le cadre Pegasus).

Un programme bien chargé

«Afin de maximiser le réalisme de ces missions tests», les hélicoptères travailleront en concert avec d’autres moyens aériens tels que des AWACS, des F16, des C130 ainsi que des UAVs, dont le B-Hunter belge, qui «sera intégré dans le cadre de reconnaissance et de surveillance de cibles (…) ainsi qu’en surveillance lors de scénarios de récupération du personnel » indique-t-on à l’agence européenne de défense. La majorité des 65 missions devrait se dérouler en Belgique (côté flamand) autour de zones «peu habitées et géographiquement variées». Trois semaines d’entraînements en perspective donc, qui vont couvrir un large spectre d’activités militaires. Trois modules sont au programme. Les pilotes commenceront par des exercices de perfectionnement de combat et d’entraînement à l’intégration des forces, leur permettant de se familiariser avec l’espace aérien belge et ses règles propres, tout en accomplissant les exercices en complicité avec les autres unités (dont des vols en vision nocturne et au ras de terre). Le second module ne comprendra exclusivement que des exercices des forces spéciales (insertion/Extraction, Action Directe, Récupération du Personnel, Surveillance, Renseignement et Reconnaissance). Enfin, la troisième et dernière étape ressemblera de près à la deuxième mais se déroulera dans le sud-est du pays, sans en savoir plus quant à la location exacte.

Objectif : augmenter la déployabilité des forces

L’Agence Européenne de Défense espère, à travers ces quelques 650 heures de vol, améliorer les capacités de déployabilité de sa flotte d’hélicoptères. «Nous nous battons ensemble, et nous devons donc travailler ensemble, mettre nos ressources en commun» explique Peter Round, le directeur des capacités à l’Agence. Sans compter que peu de pays européens peuvent se permettre une opération de cette ampleur par leurs seuls moyens nationaux. «Un exercice tel que celui-ci est le meilleur moyen d’apporter un entrainement de haute qualité en ces temps difficile» s’explique M. Round.

Un des plus vieux programmes

«Green Blade» est le plus récent des exercices de l’Agence. Mais ce programme a démarré il y a trois ans déjà. De fait, c’est un des plus vieux programmes dans la lignée des initiatives « pooling and sharing » adoubées par les Ministres de la Défense à la réunion ministérielle de Gand. Depuis 2009, ainsi, 108 appareils ont participé à ces entraînements en France (Gap 2009), en Espagne (Logrono 2010), en Italie (Viterbo 2011) et au Portugal, cet été près de Porto. (Voir : C’est l’été, les pilotes européens s’entraînent). L’Agence organise également un programme visant à former des instructeurs «européens» ; placé sous les auspices du Royaume-Uni et de la Suède, le programme vise à harmoniser l’apprentissage des formateurs à travers l’UE.

Damien Kerlouet

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise