Un nouveau haut représentant civil de l’OTAN en Afghanistan à l’automne

(BRUXELLES2) C’est un Néerlandais qui va prendre les rênes de la représentation civile de l’alliance atlantique en Afghanistan. L’ambassadeur actuel du Royaume des Pays Bas en Estonie, Maurits R. Jochems, prendra ses fonctions en octobre. Il remplacera l’ambassadeur Simon Gass, qui occupait ce poste depuis un peu plus d’un an, avril 2011.

C’est pour son parcours et ses qualités de spécialiste de la question afghane que M. Jochems a été choisi. Il avait déjà été en 2008 haut représentant civil par intérim en Afghanistan. Il a également été présent au Pakistan après le tremblement de terre de 2005, en qualité de secrétaire général adjoint délégué pour la planification au sein de la Division Opérations du Secrétariat International de l’OTAN. Ce diplômé de l’Académie Militaire Royale a également par le passé servi les Pays Bas au sein des ambassades de Kingston, Bonn, Beyrouth, Rome et Bruxelles. Il a ensuite été, jusqu’à son départ pour le Pakistan, directeur de l’agence de développement du ministère des Affaires étrangères néerlandais.

« Sa désignation intervient à un moment déterminant pour la FIAS (Force Internationale d’Assistance et de Sécurité) – a souligné le secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen – alors que les zones dans lesquelles nous continuons à transférer le contrôle de la sécurité aux forces de sécurité nationales afghanes sont toujours plus nombreuses ». Son objectif est clair, il sera de « forger un partenariat de travail étroit avec le gouvernement afghan et les autres acteurs concernés (…) si l’on veut que l’Afghanistan devienne un pays stable et prospère» a annoncé Maurits Jochems dans son communiqué.

Damien Kerlouet

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise