Stagiaire dans une délégation de l’UE, ca vous tente

(BRUXELLES2) La Diplomatie européenne recrute des stagiaires. Le programme «Jeunes Experts en Délégations» de la Commission européenne continue au SEAE sous la dénomination de Jeunes Professionnels en Délégation (JPD) et entraine une nouvelle série d’offres de stage pour 2013. Objectif du programme : « acquérir une expérience de première main » sur le travail des délégations de l’UE et une « compréhension plus profonde de leur rôle dans la mise en œuvre des politiques de l’UE dans le domaine des relations extérieures ».

54 stagiaires vont être recrutés, voire un peu plus. Chaque pays membre bénéficie ainsi de deux postes (financés par l’UE) qu’elle peut offrir à ses ressortissants. Mais elle peut décider de financer quelques postes supplémentaires. En France, ce quota se monte ainsi à cinq postes, le ministère des affaires étrangères et le ministère de l’agriculture et de la forêt finançant trois postes supplémentaires. La durée du stage est de 9 mois (renouvelables une fois). Les aspirants diplomates ont jusqu’au 19 septembre, à midi pile, pour déposer leurs candidatures sur le site internet du quai d’Orsay. La sélection durera plusieurs mois, avant la signature des conventions de stage (prévue en décembre), le stage devant débuter en février ou mars 2013.

Conditions

Il faut détenir un Master universitaire dans un domaine pertinent : diplomatie, mais aussi questions économiques et politique commerciale, aide au développement, communication et information, justice, ou encore presse. Les candidats devront maitriser obligatoirement le français et l’anglais (toute autre connaissance linguistique est un «plus»). Il faut afficher aussi « un grand intérêt et une grande motivation » pour la mission confiée aux délégations, « partager les valeurs et les principes de l’Union » et être « résolu à défendre ces principes et la place de l’Union dans le monde ». A noter que si une certaine expérience professionnelle est un atout, il ne faut pas avoir trop ; un maximum de 4 années d’expérience pertinente a ainsi été fixé, dont une année maximum au sein de l’un des organes européens (SEAE, Commission Européenne… ).

Les candidats doivent « avoir la nationalité d’un des États membres de l’UE et jouir de tous leurs droits civiques «. Ils « doivent avoir rempli toutes leurs obligations en matière de service militaire conformément à la législation applicable ou apporter la garantie qu’ils ne seront pas appelés pendant leur stage ».

Destinations à surveiller

Chaque Etat peut fixer librement ses destinations “privilégiées” à partir d’une liste commune fixée au niveau européen. Pour la France, il s’agit de la Birmanie, la Bosnie-Herzégovine, la Chine, la Cisjordanie – Bande de Gaza, la Côte d’Ivoire, l’Egypte, Israël, le Liban, la Libye, le Maroc et enfin la Russie. Auxquels il faut ajouter (sur les 3 postes financés par la France) l’Ethiopie, l’Indonésie, Madagascar, l’Union Africaine (Addis-Abeba, Ethiopie), l’Ukraine et le Vietnam. Chaque candidat a la possibilité d’émettre trois voeux géographiques.

Les candidats retenus partiront pour neuf mois (à partir de mars 2013) avec la possibilité de proposer un renouvellement de la convention pour neuf mois supplémentaires. Une bourse ainsi que divers défraiements (logement, conditions de vie) composeront une enveloppe mensuelle qui devrait tourner autour des 2,500 / 3,000 euros selon le lieu du stage. D’autres indemnités d’expatriation destinées à couvrir les frais de voyage, d’installation et d’assurance seront également versées.

La présélection par le service diplomatique français s’effectuera entre septembre et octobre et le choix définitif par le SEAE sera connu en décembre 2012.

Télécharger :

  • le détail de l’offre et le formulaire de candidature ici
  • la décision européenne fixant le cadre du programme (du 16 juin 2012)  version française  Deutsch (de)English (en) español (es)
  • les règles d’encadrement, apportant différentes précisions pour le stage. Etablies par le directeur général administratif, sa lecture est plus que recommandée ! En anglais uniquement !! English (en) L’anglais reste en effet la langue dominante au SEAE
  • la liste des diplômes requis
  • la liste des délégations ouvertes à ce programme ainsi que la liste additionnelle à disposition des Etats membres

Damien Kerlouet

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise