EULEX tape au coeur de l’appareil judiciaire kosovar

(BRUXELLES2) Dix personnes viennent d’être mises en examen dans une affaire de corruption au Kosovo. Le président de la cour municipale de Pristina, quatre anciens juges de cette même cour ainsi que trois anciens juges d’une cour de district, un avocat et un employé d’une entreprise collective (SOE) sont sous le coup de poursuites engagées par un un procureur d’EULEX du Bureau Spécial du Parquet du Kosovo (SPRK). Ce qui est leur est reproché est spécialement grave : abus de pouvoir et délivrance illégale de décision de justice dans 15 cas liés à la privatisation de compagnies publiques, sous la compétence de la Chambre Spéciale de la Cour Suprême du Kosovo, a indiqué la mission européenne. Les privatisations d’entreprises collectives ont pour l’instant rapporté une somme importante, de 600 millions d’euros au gouvernement. Dans un autre communiqué, EULEX a aussi annoncé que l’ancien procureur anti-corruption kosovar, Nazmi Mustafi ainsi que trois autres personnes ont été inculpés dans une affaire de corruption similaire. Nazmi Mustafi avait été arrêté en avril, soupçonné d’avoir perçu des pots-de-vin.

A noter que le Kosovo se classait en 2011 à la 112ème place sur 183 de l’index de corruption de l’organisation Transparency International.

Damien Kerlouet

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise