Un plan d’action contre la piraterie

(BRUXELLES2) A l’occasion d’un séminaire sur la piraterie maritime, à la mi-juilet, la France a présenté avec ses partenaires somaliens un plan d’action sur 30 mois. Plan articulé sur trois piliers. 1° une sécurité maritime intégrée avec la participation de l’industrie de la défense ; 2° un financement innovant grâce à une cogestion publique-privée ; 3° une gouvernance permettant «l’appropriation (par les Etats riverains) des outils qui seront mis en place». Un plan accueilli « avec espoir » par les deux pays de la région, comme l’ont attesté les représentants des gouvernements somaliens et djiboutiens présents. « Ce discours nous redonne de l’espoir » a expliqué le directeur du cabinet du président du gouvernement fédéral de transition de Somalie, Mohamed Moallin Hassan.

L’ objectif (de ce plan) – comme l’a expliqué Michel Miraillet, directeur de la délégation aux affaires stratégiques du ministère de la Défense, organisateur du séminaire – est « tout d’abord d’apporter notre contribution à une prise de conscience collective».  En effet, si le nombre d’attaques en mer a diminué, il ne faut pas se leurrer. « La piraterie demeure un phénomène préoccupant et bien réel (et) les pirates se professionnalisent, adaptent et durcissent leurs modes d’action, leur zone d’activité s’est étendue ». Cette piraterie dans la Corne de l’Afrique coûte encore une somme considérable tant aux Etats qu’aux sociétés de transport, sans parler des coûts humains (on compte à l’heure actuelle toujours 211 otages).

(rédigé avec l’aide de Damien Kerlouet)

Damien Kerlouet

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise

Commentaires fermés.