Il faut renforcer la mission de l’ONU dans l’est du Congo, demandent deux eurodéputés belges

(B2) Deux anciens dirigeants belges, Louis Michel et Guy Verhofstadt, tous deux eurodéputés, ont retrouvé leurs accents publics pour plaider en faveur d’une intervention « renforcée » de l’ONU au Congo. L’ancien ministre des Affaires étrangères, aujourd’hui coprésident de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, et l’ancien Premier ministre, aujourd’hui président de l’ADLE (le groupe libéral-démocrate au Parlement européen) ont demandé à Brazzaville, mardi, pour « la constitution immédiate d’une force internationale sous l’égide des Nations Unies avec un mandat renforcé, fondé sur le chapitre VII ». Objectif : « mettre un terme au risque de déstabilisation à l’Est du Congo qui a déjà fait plus de 800.000 déplacés dont 231.000 depuis avril 2012 », expliquent-ils dans un communiqué reçu à B2. « La communauté internationale a l’obligation morale d’intervenir pour apaiser le conflit et mettre un terme définitif aux exactions insupportables de toute une série de groupes armés » estime Louis Michel. « Le mandat de la Monusco (Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RD Congo) doit être renforcé pour qu’elle ait le moyen de mettre un terme à cette situation. Parallèlement, la communauté internationale doit encourager le dialogue permanent entre les pays de la région et plus particulièrement entre la RDC et le Rwanda. » a plaidé l’ancien ministre des Affaires étrangères qui a, toujours, été un partisan du rapprochement avec Kigali.