Cellule anti-piraterie aux Seychelles

(B2) Une première cellule anti-piraterie a été inaugurée à Mahé aux Seychelles le 4 juin. Financée par l’Union européenne à hauteur de 2 millions d’euros, dans le cadre du programme régional de sécurité maritime MASE mis en œuvre par la Commission de l’Océan indien (COI), elle regroupera à terme des experts en piraterie maritime des cinq Etats Membres de la COI issus de divers domaines (pénitencier / militaire / police / juridique / judiciaire). Le programme Mase se déroule sur cinq ans et est doté de 37,5 millions d’euros. Il vise le renforcement des capacités de coordination, d’échange d’informations et des systèmes de justice criminelle pour poursuivre en justice et détenir les pirates arrêtés.