B2 Le Quotidien de l'Europe géopolitique. Actualité. Dossiers. Réflexions. Reportages

Actu BlogGolfe Moyen-Orient

L’Europe hésite à appeler à la défection des militaires syriens

(BRUXELLES2 à Luxembourg) Les ministres des Affaires étrangères des "27" n'ont pas appelé aujourd'hui les militaires et membres des forces de sécurité, à faire défection et rejoindre les rangs de la rébellion ou l'étranger. Tout au plus, l'Union européenne a salué par la voie de Catherine Ashton le courage de ceux qui ont « fait défection » ces jours-ci. « Pour nous c'est clair, il est important que ceux, qui peuvent avoir le choix, reconnaissent qu'ils ont la responsabilité d'essayer (cela) dans les terribles circonstances que l'on connait ». Un manque de clarté qui cache une certaine gêne sur le sujet.

En fait, la question a été débattue à plusieurs reprises dans des groupes de travail, comme nous l'a confirmé un diplomate européen. Certains pays, les Néerlandais notamment, étaient en faveur de cet appel aux défections. Mais cette discussion n'a pas abouti. Plusieurs pays estiment que ce serait "irréaliste". Lancer cet appel pourrait menacer directement les personnes. Puisque dans plusieurs cas, le régime syrien a soigneusement placé les "familles" de ses principaux responsables en "sécurité", autrement dit les a pris en otages. Certains Européens craignent deux conséquences : lancer un appel qui ne recueillerait ainsi que peu de suite, ou à l'inverse, être obligé si les militaires arrivent à franchir les frontières de les accueillir au nom du droit d'asile. Bien sûr, tout le monde se défend de cette dernière objection, mais elle semble bien présente dans quelques pays. On se souvient que, lors des dernières crises, notamment en Libye, nombre de pays étaient plus que réticents à accueillir de tels réfugiés, même s'ils pouvaient présenter toutes les caractéristiques de réfugiés politiques.

Malgré tout, devant la presse, Laurent Fabius le ministre des Affaires étrangères français, a tenu à réitérer son appel de vendredi : « Ce qui se passe - avec les dernières défections - montre dans quel état est le régime. Il faut encourager ce genre de choses. La France soutient cette position (l'appel à la défection). »

Lire aussi : Un pilote syrien arrive en Jordanie. Américains et Français appellent les militaires à déserter

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

s2Member®