Chypre et ses voisins turbulents ou envahissants

Chypre et ses voisins turbulents ou envahissants

Share

(BRUXELLES2) C’est dans une Europe et une Méditerranée tourmentées, que Chypre prend la présidence. Elle est en « en première ligne » sur plusieurs fractures. L’ile reste toujours divisée. Et la présence turque comme britannique (deux bases militaires en « souveraineté » britannique) font de l’ile un cas très particulier dans l’Europe. Il est vrai que c’était plus ou moins le statut de l’Allemagne pendant près de 30 années de son histoire européenne.

La Turquie en position de boycott

Seulement la Turquie, pays candidat, a menacé de boycotter toute réunion présidée par les Chypriotes (grecs), ne reconnaissant pas le gouvernement. Les Chypriotes attendent donc de l’Union européenne une solidarité sans faille. Lors de sa visite à Chypre, en juin, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy est venu au secours de la présidence chypriote. « La présidence tournante est une partie fondamentale d’un tout, de l’Union européenne et doit être respecté par tous » a-t-il assuré. Du coup c’est la Commission européenne qui assurera le suivi des négociations d’adhésion (qui tournent, il est vrai, au ralenti) à l’aide de ce qu’on nomme un « agenda positif ».

Une Syrie : entre vacuum et explosion

L’ile est située à quelques encablures de la Syrie (située à moins de 150 km des côtes). C’est une réalité géopolitique qu’on a pas tendance à voir de l’autre coté du continent. Mais la Syrie est d’abord « un voisin », comme le confie un diplomate de l’ile à B2.  La crainte de la présidence chypriote est réellement d’avoir une explosion syrienne dans les mois prochains.  « Si cela explose réellement on sera en première ligne. On peut alors oublier tous les autres dossiers. » Cette crainte concerne la répercussion sur les pays voisins (Liban…) mais aussi l’arrivée d’une immigration par voie de mer ou par voie de terre (via Chypre nord).

D’où la prudence à pas de velours de Chypre sur le sujet, confirmée par un de nos interlocuteurs. « Il faut être très prudent. » Si la situation paraissait dramatique il y a quelques temps, elle paraissait sous contrôle, aujourd’hui cela ne semble plus le cas. Et pour l’ile, qui abrite deux bases militaires britanniques, il ne peut y « avoir d’action sans résolution du Conseil de sécurité ». L’ile a toujours été un réceptacle de dirigeants en exil du Proche Orient et de négociations discrètes.

« La grosse question aujourd’hui est de savoir qui va remplacer le dirigeant actuel. On ne peut pas créer un vacuum. On ne peut pas avoir un nouvel Iran. » Ce qui se passe en Egypte n’est pas pour rassurer. «L’opposition (syrienne) reste très divisée. »

La crise grecque par répercussion

Après avoir pu échappé à la crise économique, Chypre est frappée de plein fouet par la réaction en chaîne, ses banques étant étroitement liées au réseau bancaire (*). Et le gouvernement a dû se résoudre à demander l’aide européenne, tout en faisant le tour d’autres potentiels donneurs de crédits, moins exigeants comme les Russes ou Chinois. …Malgré tout l’ile recèle un potentiel de richesse, avec la découverte de gisements gaziers au large, exploités en commun avec Israël. Ce qui n’est pas fait pour calmer certaines rivalités régionales.

Bref on risque de ne pas s’ennuyer avec cette présidence atypique.

(*) Chypre n’est pas le pays « pauvre » vivant aux crochets de l’Europe que certains pourraient décrire, l’ile est classée parmi les « contributeurs nets » de l’Union européenne – contribuant plus à l’UE qu’elle ne reçoit.