Afghanistan après 2014 : les Européens passent à la caisse

(BRUXELLES2, synthèse) Barack Obama, le président américain, a fait passer la sébile, à Chicago, parmi ses partenaires pour soutenir l’effort de sécurité en Afghanistan après 2014. Le budget évalué pour mettre en place les forces de sécurité afghanes (228.000 hommes) se monte en effet à 4,1 milliards $… par an ! Et si on enlève la part assumée par l’Afghanistan (500 millions $) et celle des Etats-Unis (2,3 milliards $), il reste environ 1,3 milliards $ à financer. Les Américains ont donc fait tourné leurs tableurs, et établi pour chacun le montant de la douloureuse. Ainsi ils demandent une contribution de 200 millions $ aux grands contributeurs (France, Allemagne ou Royaume-Uni)… un peu moins aux autres (20 millions par exemple pour les Polonais).

Presqu’un milliard de $ fourni par les Européens

Le résultat de cette quête n’est pour l’instant pas à la hauteur des espérances. Si différents pays ont déjà annoncé une contribution, on est encore loin du compte. Cependant si on totalise les premiers montants annoncés, on arrive déjà à plus d’un demi-milliard $ promis par les pays de l’Union européenne. Ce sans tenir compte de certaines contributions à venir de la France, de l’Espagne et la Pologne et des autres contributions (civiles) destinés au développement de l’Afghanistan et de celle de l’Union européenne. Une fois toutes les contributions réunies, on devrait atteindre le Milliard de $. Voici une première synthèse réalisé à partir des premières annonces pour les pays de l’UE comme de l’OTAN ou d’autres partenaires.

Attention ! Les chiffres précis masquent un certain flou, pour ne pas dire un flou certain. D’une part, s’agit-il d’argent frais, nouveau, ou juste du recyclage, ou déplacement de lignes budgétaires ? Est-il aussi tenu compte des contributions en nature (normalement non) ? D’autre part, l’attribution de ces sommes est parfois destiné uniquement aux forces de sécurité (Danemark…), parfois non (Belgique).

NB : ces sommes sont parfois annoncées en monnaie nationale, parfois en $. La simple variation des taux de change pourra ainsi faire varier de façon importante l’engagement financier dans les années suivantes. Ce qui, normalement, doit être retenu est la part versée en monnaie nationale, qui est celle utilisée pour l’engagement budgétaire, et non l’équivalent dollar (*). Pour des besoins de comparaison, tout a été converti en $ (au taux moyen choisi arbitrairement de 0,80 $ pour un euro, au taux du jour pour les autres monnaies).

Montants annoncés (par ordre d’importance)

En bleu, les pays de l’Union européennes, en vert les autres membres de l’OTAN

  • Allemagne = 187 millions $ (150 millions €) pour les forces de sécurité. L’Allemagne a conclu un accord d’assistance avec l’Afghanistan, accord signé entre Angela Merkel et Karzai à Berlin, avant la tenue du sommet de l’Otan de Chicago.
  • Italie = 150 millions $ (120 millions €) par an sur 3 ans.
  • Royaume-Uni : 110 millions $ (70 millions £ sterling).
  • France = montant à préciser (les Américains ont demandé 200 millions $)
  • Canada : 108 millions $ (110 millions $ canadiens), sur 3 ans à partir de 2015, pour les forces de sécurité afghanes.
  • Pays-Bas = 37 millions $ (30 millions €), sur 3 ans à partir de 2015, pour les forces de sécurité afghanes.
  • Norvège : 25 millions $ (140 millions NOK couronnes norvégiennes) par an à partir de 2015, partagés à 40% pour l’armée et 60% pour la police
  • Espagne = à préciser (les Américains ont demandé 30 millions $)
  • Pologne = à préciser (les Américains ont demandé 20 millions $)
  • Danemark = 17 millions $ (100 millions DKK couronnes danoises) par an pour les forces de sécurité. + environ 90 millions $ (530 millions DKK) pour des objectifs civils
  • Belgique = 15 millions $ (12 millions €), par an, sur 3 ans, destinés à la « reconstruction », donc pas automatiquement aux forces de sécurité.
  • Autriche = 7,5 millions $ (6 millions €) par an, sur 3 ans, de 2014 à 2016, à travers le Lofta (Law and Order Trust Fund for Afghanistan)
  • Finlande = 7,5 millions $ (6 millions €), par an, principalement pour le financement de la police afghane (contre 2 millions d’euros actuellement)
  • Hongrie = 1,5 million $ par an, sur 3 ans
  • République tchèque = 1 million $ environ, à préciser
  • Slovaquie = 0,5 millions $ (390.000 €) par an, pour les forces de sécurité.

A cela, il faut ajouter la contribution du budget communautaire européen : en 2011, 140 millions d’euros ont dû ainsi être consacrés à la Lofta (police, prisons…) et une partie de l’aide à la reconstruction (environ 35-40% des 200 millions d’euros annuels) est consacré à des projets d’Etat de droit. Mais l’UE refuse de s’engager pour l’après 2014 car cela correspond au nouveau cadre financier qui n’est pas encore adopté (ni même négocié !).

Autres pays

  • Australie : 100 millions $ par an sur 3 ans (L’Australie a déjà contribué à hauteur de 200 millions $ sur 5 ans sur la période 2009-2014). Accord signé avec l’Afghanistan lors du sommet de l’OTAN.
  • Nouvelle-Zélande : 2 millions $ par an sur 3 ans, pour des projets « Etat de droit » à Bamyan (là où les Neo-Zélandais sont déjà déployés).
  • Pakistan : 5 millions $ pour les forces afghanes + aide en équipement et entraînement (valeur de 15 millions $).
  • Russie : a refusé de contribuer à hauteur de 10 millions $ comme demandé par les Etats-Unis a précisé l’envoyé spécial russe pour l’Afganistan, Zamir Kabulov.

Lire également :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Inscrivez-vous à notre newsletter