Le vrai moment test de la mutualisation, le renouvellement des F-16 (P. De Crem)

(BRUXELLES2) Le ministre belge de la Défense, Pieter De Crem, n’est pas automatiquement enthousiaste sur cette idée de “pilier européen”, développée par ses homologues des Affaires étrangères. B2 l’a interrogé sur ce sujet.

P. De Crem préfère mettre en avant la « mutualisation des moyens et le nécessaire investissement en moyens, en opérations, en financement ». « Ce que nous avons décidé à Gand – avec le pooling et sharing – a trouvé sa traduction dans la “smart défense” de l’OTAN. Il y a là un consensus psychologique. » explique-t-il.

Le vrai moment test sera, pour lui, quand il s’agit de choisir un successeur au F16. « Ce sera le premier moment de vérité, pour savoir si les partenaires de l’OTAN se mettent d’accord pour faire une trajectoire sur ce point. »

L’Otan, l’organisation la plus performante

Quant à « l’OTAN, elle reste l’organisation la plus performante pour garantir l’organisation collective. Et nous allons nous investir en tant que partenaires européens dans les projets futurs. Et ces projets futurs doivent vraiment arriver à un partage des moyens. » Et d’affirmer combien « Il faut garder son attachement à la structure de l’OTAN et à l’efficacité de l’organisation politco-militaire. »

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Comments are closed.