La police civile, une priorité pour l’UE. Mais les 27 refusent de s’engager après 2014

(BRUXELLES2) L’Afghanistan était l’un des sujets à l’ordre du jour de la réunion des 27 ministres des affaires étrangères de l’UE aujourd’hui (14 mai). Point important avant la réunion de l’Alliance Atlantique à Chicago. Les « 27 » ont souligné « l’importance pour la communauté internationale d’adopter une approche globale de l’engagement post-2014, étant donné la corrélation entre la sécurité et le développement à long-terme de l’Afghanistan. » Mais ils ont refusé de s’engager sur un financement précis après 2014. Ce que demandait notamment l’OTAN et les Américains.

La sécurité, « vitale », la police civile « priorité » pour l’UE

En ce qui concerne la sécurité, elle est « vitale pour que les donateurs puissent donner une assistance effectivement à travers tout le pays. » Les 27 mettent l’accent sur le renforcement de la police civile car « assurer le professionnalisme et la qualité de la police afghane est une plus haute priorité que seuls les chiffres des fonds suffisants« . « La police civile va rester la priorité de l’assistance de l’UE au secteur de la sécurité« . Les ministres soulignent « l’importance d’une coopération et une coordination continue entre les missions de formation d’EUPOL, de l’OTAN et des Etats Membres« .

Après 2014, engagement de principe, à définir par la suite

La mission EUPOL Afghanistan doit continuer jusqu’à fin 2014, déjà. La décision de principe avait déjà été acquise. « Le soutien de l’UE aux efforts afghans de renforcement de la police et de l’Etat de droit » continuera « après 2014« . Les ministres n’ont pas voulu s’engager au delà. Car tout dépendra aussi d’une séquence de  réunions internationales qui vont s’étaler dans les prochaines semaines : Otan les 20 et 21 mai, Kaboul le 14 juin, Tokyo le 8 juillet. Le Conseil doit aborder « sous peu » la question de la forme que cela doit prendre.

L’UE entend par ailleurs augmenter le montant de son aide financière à destination de la Police Nationale Afghane à  travers le fonds LOFTA (Law and Order Trust Fund). « Il est essentiel que le LOFTA soit géré de manière efficace, transparente et responsable. » Mais certains pays – notamment les contributeurs nets comme la France ne veut pas qu’il y ait d’engagement sur l’Afghanistan avant un accord plus global sur le cadre financier pluriannuel de l’UE pour 2014-2020.

Les autorités afghanes renvoyées à leur responsabilité sur les élections, les finances et la justice

Les 27 ont rappelé leur soutien au gouvernement afghan « au cours de la décennie de la transformation« . Ils appellent les autorités locales à prendre leurs responsabilités quant à « l’exécution de leurs engagements à améliorer la gouvernance politique et économique« . En particulier pour « la tenue d’élections présidentielles et législatives inclusives et crédibles« . Pour cela, « l’UE est prête à continuer à soutenir les efforts afghans pour réformer le système électoral« . En outre, la priorité doit être donné à l’établissement d’une « société civile active et indépendante« , « au respect des droits de l’homme, particulièrement ceux des femmes et des enfants » ainsi qu’au « renforcement du secteur judiciaire, qui est une contrepartie essentielle d’une police civile plus forte« . La gestion des finances publiques doit être améliorée, notamment en assurant une transparence des flux liés à l’aide internationale. La question de la corruption et de « l’évaporation » des différentes sommes données par la communauté internationale est et reste toujours problématique.

Lire également :

Télécharger les conclusions du Conseil (en anglais)

Une pensée sur “La police civile, une priorité pour l’UE. Mais les 27 refusent de s’engager après 2014

  • 14 mai 2012 à 15:55
    Permalink

    Pour résumer, l’Europe constate la défaillance de l’Etat (et de l’Etat de droit) en Afghanistan. La réside l’échec de l’opération des puissances en Afghanistan. Le state building est un art plus complexe que la guerre, et surtout plus long (voir les siècles écoulés pour construire des Etats en Europe). Question : peut-on bâtir un Etat en Afghanistan selon les standards occidentaux ? L’égalité homme-femme, la reconnaissance des droits de l’enfant sont le produit d’un certain état de l’économie et des mentalités…

Commentaires fermés.