1 séance, 4 diners et 2 réunions de travail. Le détail du sommet de l’OTAN

(BRUXELLES2, à Chicago) François Hollande pourrait presque s’écrier en posant le pied à Chicago « I am coming back ». Cette ville fut un des comptoirs français outre-Atlantique, partie de la Louisiane française et revendue aux Américains par Napoléon. Et la ville ne laisse que peu souvenir de cette trace française, si ce ne sont une ou deux noms de rues (Lasalle, une des principales artères, commerçantes, de la ville) ou quelques noms de bâtiments – le Domaaaine (a prononcer en américain avec un bon accent français)…

Séance solennelle

Bref… Le sommet de l’OTAN démarre, en fait, demain, dimanche (20 mai) après-midi par une session plénière et solennelle de trois heures (14h-17h locales *) du Conseil de l’Alliance atlantique dans le pavillon sud du fameux Palais McCormick (l’inventeur de la moissonneuse mécanique). Réunion solennelle ! Il y aura plus de 500 personnes dans la salle. En effet, il y aura 2 personnes à chaque panneau de délégué : le chef de gouvernement/d’État et un ministre ou l’ambassadeur à l’OTAN ou un conseiller diplomatique, au gré de chaque délégation, et six personnes derrière. Six personnes de chaque délégation pourront être dans la salle d’écoute.

4 diners en soirée

En soirée, sont organisés 3 ou plutôt 4 diners concomittants. Le diner des chefs d’État et de gouvernement au « Soldier Field » sera présidé par le secrétariat général de l’OTAN, A.F. Rasmussen. Le format est un peu plus réduit qu’en formation plénière : seul le président ou Premier ministre y assiste accompagné d’un conseiller. Un autre diner rassemble les ministres des Affaires étrangères autour du secrétaire général adjoint de l’OTAN, à l’Adler Planetarium, selon le même format que le précédent (le Ministre + 1 conseiller). Le diner des ministres de la Défense se déroule lui au centre culturel de Chicago, les ministres de la Défense ayant droit à deux acolytes. Un dîner rassemble les chefs d’État/Gouvernement et leurs ministres des États invités (partenaires de l’ISAF ou États partenaires) ainsi que les chefs des organisations internationales au Field Museum sous la présidence de Madeleine Albright, ancienne Secrétaire d’État et de Rahm Emanuel, le maire de Chicago. Fin des agapes à 22h normalement.

Afghanistan au réveil dimanche matin

Le lendemain, dimanche (21 mai), la session de travail le matin (dès 8h30) sera consacrée à l’Afghanistan, surtout au dispositif de retrait – avec la question française essentiellement – et à l’après 2014 : quel format, et surtout quel financement. Les Américains ont fait passer la sébile afin que chacun puisse annoncer des contributions financières à la sécurisation du pays. Le chef d’État/Premier ministre est, là, seul à table, avec 5 conseillers/ministres derrière et 3 dans la salle d’écoute. En parallèle, se déroule à partir de 10h15, des Ministres des affaires étrangères de l’Alliance. Seront également invités les trois ministres de pays ayant fait une demande d’adhésion à l’organisation (Macédoine-Fyrom, Bosnie-Herzégovine, Géorgie). Après un buffet lunch, une dernière séance de travail réunira les chefs d’État/Gouvernement avec les différents partenaires. Le chef de délégation, seul à table, avec 4 personnes derrière et 4 en salle d’écoute. Pendant ce temps, les autres participants pourront prendre un leur lunch tranquille en faisant du networking, des rencontres informelles ou bilatérales.

* rajoutez 7 heures pour le continent européen

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).